Infomediaire Maroc – L’année 2018 a été l’une des plus difficiles pour les producteurs de maïs au Kenya, avec des défis allant de l’invasion de la chenille légionnaire aux prix relativement bas proposés par le gouvernement, rapporte jeudi le journal “Daily Nation”, citant des professionnels du secteur.

Le marché avait été faussé l’année dernière lorsque le gouvernement a importé du maïs du Mexique pour limiter le coût croissant de l’aliment de base, des informations faisant état de plus de six millions de sacs expédiés par les commerçants.

Cette décision s’est répercutée sur le marché local au point que des agriculteurs n’ont pas trouvé de débouchés pour leurs produits cette année, pendant que certains n’ont pas encore vendu la récolte de la campagne précédente.

L’année à venir ne semble pas non plus optimiste, car la récolte exceptionnelle attendue cette saison et l’augmentation des importations en provenance de l’Ouganda devraient faire baisser les prix. Le gouvernement prévoit 46 millions de sacs de maïs cette année, contre 30 millions l’an dernier.

Actuellement, le gouvernement est impliqué dans une lutte contre le prix des agriculteurs, les producteurs refusant 2.300 shillings offerts pour un sac de 90 kg de maïs.

L’année dernière, l’Etat a payé 3.200 shillings par sac aux agriculteurs, alors qu’un bon nombre d’entre eux vendent actuellement leurs récoltes à des meuniers qui offrent entre 1.800 et 2.000 shillings.

Anthony Kioko, directeur général de la Cereal Growers Association, a déclaré que les agriculteurs avaient exprimé leurs inquiétudes en raison des coûts élevés liés à la production du maïs.

“Le prix n’est pas juste parce que les agriculteurs qui paient cher les coûts de production ne peuvent pas tirer profit du prix actuel”, a déclaré Kioko, cité par le journal. Cependant, le directeur exécutif du Conseil des céréales de l’Afrique de l’Est, Gerald Masila, a déclaré que les agriculteurs ne devraient pas se focaliser sur le prix, mais plutôt sur la réduction des coûts de production.

“L’accent ne devrait pas être mis sur le prix mais plutôt sur le coût élevé de production”, a déclaré Masila.

Les agriculteurs au Kenya sont toujours aux prises avec des coûts de production élevés qui leur ont fait perdre de la concurrence avec le grain régional bon marché issu du commerce transfrontalier.

Rédaction Infomediaire.