Le Conseil constitutionnel de Côte d’Ivoire a validé, lundi, la réélection du chef de l’Etat sortant, Alassane Ouattara, pour un nouveau mandat de 5 ans, a annoncé son président, Mamadou Koné.

“M. Alassane Ouattara est proclamé élu au 1er tour avec 94,27% des voix”, a dit le président du Conseil lors d’une conférence de presse à Abidjan, affirmant n’avoir relevé “aucune irrégularité grave” sur les bureaux qui ont été pris en compte et qu'”aucune réclamation” n’avait été déposée.

Le Conseil a ainsi confirmé les résultats provisoires annoncés par la Commission électorale indépendante (CEI) qui créditaient Alassane Ouattara de 94,27% des voix, 1,99% pour le candidat indépendant Kouadio Konan Bertin, 1,66% pour l’ancien chef de l’Etat Henri Konan Bédié et 0,99% pour l’ex-premier ministre sous Gbagbo, Affi Nguessan.

Le taux de participation est de 53,90%. Alassane Ouattara a engrangé 3.031.483 voix sur un total de 3.215.909 suffrages exprimés.

Au total, 17.601 bureaux de vote ont pu ouvrir le jour du scrutin, soit une population électorale estimée à 6.066.441.

Le scrutin a enregistré 53.894 bulletins nuls, soit 1,66%, quand le nombre de bulletins blancs se situe à 35.099, soit 1,09%.

Selon la constitution ivoirienne, le Président de la République est élu pour cinq (5) ans au suffrage universel direct. Il n’est rééligible qu’une seule fois.

Elu en 2010 et reconduit en 2015, Alassane Ouattara avait affirmé en mars dernier qu’il n’allait pas briguer un autre mandat, avant de se raviser en août, à “l’appel” des militants de son parti, suite décès de son dauphin désigné, le premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Avec la Constitution de 2016, adoptée avec 93,42 % de votes favorables, le Conseil constitutionnel a jugé que le compteur des mandats d’Alassane Ouattara a été remis à zéro, la nouvelle loi fondamentale ayant institué une nouvelle République, la 3ème.