Les pertes de la région Asie-Pacifique à cause de la crise de la pandémie de Covid-19 s’élèvera à 3 000 milliards de dollars US en 2020, selon une estimation de l’agence de notation « S&P Global Ratings ».

“L’Asie-Pacifique a toutefois réussi à contenir le COVID-19 et, dans l’ensemble, a réagi avec des politiques macroéconomiques efficaces”, estime Shaun Roache, économiste en chef pour l’Asie-Pacifique chez S&P Global Ratings.

“Cela peut aider à amortir le choc et à jeter un pont vers la reprise, qui doit toutefois être contrebalancée par des bilans endettés”, estime l’analyste.

“Le ralentissement causé par le COVID-19 n’a pas commencé comme une récession du bilan, mais pourrait bien en devenir une”, poursuit Roache, ajoutant que “cela signifie moins d’investissements, une reprise plus lente et un coup permanent porté à l’économie qui durera même après la découverte d’un vaccin”.

La pandémie a provoqué un arrêt soudain de l’activité et pour éviter un effondrement, les décideurs politiques, aidés par les banques, ont apporté un soutien financier extraordinaire aux entreprises et aux ménages. Il n’y avait pas de bonne alternative pour “sauver tout le monde et s’inquiéter des conséquences plus tard” et cela aura un coût. L’endettement sera plus élevé et les positions financières plus faibles, estime l’agence.

S&P Global Ratings maintient ses prévisions de croissance pour la Chine à 1,2% et 7,4% pour 2020 et 2021, respectivement. L’économie est en voie de guérison, mais la confiance du secteur privé reste fragile.

« Nous avons réduit nos prévisions pour l’économie japonaise à une contraction de 4,9% pour 2020 et prévoyons un rebondissement de 3,4% l’année prochaine », souligne l’agence concernant la situation au Japon.

S&P Global Ratings estime que la Corée du Sud devrait obtenir de meilleurs résultats que de nombreux autres pays à revenu élevé cette année, avec une modeste baisse de production de 1,5 % (inchangée par rapport aux précédentes prévisions).

D’autre part, l’agence estime que l’économie de la Malaisie va se contracter de 2% cette année (contre 1,1% auparavant) avant de retrouver une croissance de 7,5% l’année prochaine. L’épidémie de COVID-19 est largement sous contrôle et les décideurs politiques ont rapidement pris des mesures, ce qui limitera les retombées économiques.

En Thaïlande, l’épidémie et les mesures de restriction ont provoqué de graves perturbations dans l’important secteur du tourisme. « Nous prévoyons maintenant une baisse de 5,1% pour 2020, contre une contraction de 4,2% précédemment », affirme l’agence de notation.