Berkshire Hathaway, le conglomérat massif dirigé par le milliardaire Warren Buffett, a subi une perte nette de près de 50 milliards de dollars au premier trimestre, la plus grosse jamais enregistrée pour la célèbre société d’investissement.

Berkshire, qui possède des sociétés telles que l’assureur automobile Geico, l’entreprise de chemin de fer Burlington Northern Santa Fe, Dairy Queen, Duracell et de nombreuses autres sociétés financières, industrielles et de consommation, a été durement touchée par la pandémie de Covid-19.

La société a déclaré samedi matin dans un dossier réglementaire qu’avant que le coronavirus n’atteigne les États-Unis à la mi-mars, de nombreuses entreprises de Berkshire affichaient une augmentation des revenus et des bénéfices par rapport à il y a un an. Mais cela a rapidement changé.

“Alors que les efforts pour contenir la propagation de la pandémie de COVID-19 se sont accélérés dans la seconde moitié de mars et se sont poursuivis jusqu’en avril, la plupart de nos activités ont été affectées négativement, avec des effets à ce jour allant de relativement mineurs à graves”, a expliqué Berkshire dans le document.

La perte nette de Berkshire au premier trimestre a totalisé 49,75 milliards de dollars, ou 30 653 $ par action de catégorie A, reflétant 54,52 milliards de dollars de pertes liées aux investissements, principalement des actions ordinaires. Un an plus tôt, le bénéfice net s’élevait à 21,66 milliards de dollars, soit 13 209 dollars par action.

Le conglomérat a ajouté que “plusieurs de nos entreprises de vente au détail et certaines entreprises de fabrication et de services sont gravement touchées en raison de fermetures d’installations où les foules peuvent se rassembler, telles que les magasins de détail, les restaurants et les lieux de divertissement”.

À la suite du changement massif dans le comportement des consommateurs, Berkshire a indiqué que diverses filiales ont dû mettre en disponibilité des employés, réduire les salaires et traitements horaires et revoir à la baisse les plans de dépenses en capital.

“Même si nous pensons que ces actions nécessaires sont temporaires, nous ne pouvons pas prédire de manière fiable quand les activités commerciales de nos opérations nombreuses et diverses se normaliseront”, a souligné la même source.