Le Conseil Economique Social et Environnemental a été saisi par le Président de la Chambre des représentants pour élaborer une étude sur “Les impacts sanitaires, économiques et sociaux du virus « Covid 19 » et leviers d’actions envisageables “. 

Dès la réception de la saisine, le Conseil s’est mobilisé en vue d’examiner les différents aspects s’y rapportant. Dans ce sens, son bureau a décidé de créer une commission ad hoc qui se chargera de conduire cette réflexion dans une démarche largement participative, fondée sur l’écoute, la concertation et le débat élargi avec les différents acteurs concernés. 

Lors de la première réunion de la commission ad hoc en charge de cette saisine, M. Ahmed Reda Chami, président du CESE, a tenu à saluer l’initiative de la Chambre des représentants ainsi que sa volonté d’emprunter la voie de la démocratie participative et de la co-construction pour répondre aux différents enjeux, urgents ou émergents, liés à l’atténuation des effets de la Pandémie et de la préparation de l’après-crise ; confirmant, par la même, le rôle du Conseil en tant que force de réflexion, de proposition et un espace de dialogue et de consensus autour de questions et choix déterminants pour l’avenir du Pays. 

Compte tenu de l’urgence et de la multidisciplinarité de la demande, le CESE a établi une organisation spécifique qui consiste en : 

● la mise en place de 3 groupes de travail en parallèle structurés comme suit: o Groupe de travail chargé du volet économique et financier, 

o Groupe de travail chargé du volet social et sociétal, 

o Groupe de travail chargé du volet sanitaire et environnemental ; 

● La tenue régulière de la Commission ad hoc pour assurer la coordination des travaux et le partage entre l’ensemble des membres facilitant la collaboration et l’enrichissement mutuel. 

Fort de la diversité des sensibilités et des expériences socioprofessionnelles de ses membres favorisant la pluralité disciplinaire, le CESE entend également rester fidèle à sa méthodologie impliquant un large débat entre les différentes catégories qui composent le Conseil, l’organisation de séances d’audition avec les principaux acteurs et parties prenantes concernés ainsi que sur la revue des textes juridiques et réglementaires en vigueur et l’examen des expériences internationales en vue d’examiner les effets induits par la crise, identifier les forces et les fragilités, tirer les enseignements structurels et proposer des inflexions stratégiques et les mesures à prendre dans le moyen et long termes permettant de mieux appréhender et gérer les crises de cette ampleur.