Infomédiaire Maroc – Les startups opérant dans l’innovation verte en Afrique et ailleurs ont été à l’honneur lors de la 2ème édition du “Green Africa Innovation Booster” (GreenAIB) qui s’est tenue, mardi et mercredi à Yamoussoukro, la capitale administrative ivoirienne, à l’initiative de l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles du Maroc (IRESEN).

En plus des sessions de pitching au profit des porteurs de projets et du “Africa Green Tech Village”, un espace d’exposition animé par plus de 60 startups africaines, s’est également tenu le “Green Africa Innovation Contest”, un concours visant à renforcer l’esprit d’innovation verte chez les opérateurs africains.

En organisant cette compétition annuelle, l’IRESEN et ses partenaires entendent promouvoir l’excellence technologique en matière d’énergie verte et soutenir la recherche et développement en Afrique.

Au total, 6 prix ont été attribués aux projets les plus novateurs. Dans la catégorie des “Meilleures startups”, le 1er Prix, doté de 8.000 dollars USD, est revenu à Yalletite, une startup ivoirienne qui fabrique du biochar et du cuir synthétique à base de déchets agricoles (peaux de banane, déchets de manioc, résidus de maïs, etc…)

Quant au 2ème Prix (6 000 USD), il a été décerné à Fire Light, une startup ivoirienne, pour son projet de cuiseur éco-énergétique et efficient, transformant des combustibles liquides (bioéthanol pétrole lampant, kérosène, etc..) en gaz.

Le 3ème Prix (4 000 USD) est revenu à E-Cover, une startup sénégalaise spécialisée dans la transformation des pneus usagés en carreaux, revêtements de sol, poses pieds, terrains de sport, semelles de chaussures et routes.

Concernant le “meilleur projet R&D” (5 000 USD), le prix a été remporté par Amal Faress qui développe, sous la tutelle de l’Institut National des Postes et Télécommunications (INPT) de Rabat, un projet de détection automatique des défauts dans les systèmes photovoltaïques à travers l’imagerie thermographique et électroluminescente à l’aide de drones.

S’agissant du “Prix spécial du jury”, un “Prix spécial R&D” (1 000 USD) a été remis à Green Watech, un projet de recherche initié à l’Université Cadi Ayyad de Marrakech et qui porte sur le traitement des eaux usées au profit des zones rurales et décentralisées.

Le “Prix spécial Startups” (1 000 USD) a été décerné à Sablatex, une startup ivoirienne spécialisée dans la fabrication des briques flexibles low-cost avec du sable et du latex avec d’excellentes propriétés isolantes.

La cérémonie de remise des Prix s’est déroulée en présence de la ministre ivoirienne de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Ly Ramata Bakayoko, qui s’est dite “heureuse de voir, à travers cette initiative qui nous est venue du Maroc, que l’Afrique est en train de se prendre en charge pour développer son industrialisation à travers le développement durable”.

Le 2ème GreenAIB, organisé un an après la première édition (12-13 juillet 2017 à Marrakech), s’inscrit dans le cadre de la collaboration de l’IRESEN et de l’Institut national polytechnique Félix Houphouët-Boigny de Côte d’Ivoire (INP-HB) avec le Réseau Africain de l’Innovation Verte (Green Africa Innovation Network -GAIN-), une plateforme d’acteurs opérant dans la recherche et développement en énergies renouvelables.

La cérémonie d’ouverture du GreenAIB a été marquée par l’adhésion de nouveaux membres au Réseau Africain de l’Innovation Verte. Il s’agit en l’occurrence de la Guinée Conakry, des Iles Comores, du Niger et du Nigeria qui ont ainsi rejoint l’IRESEN, l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguerir, l’Université euro-méditerranéenne de Fès, l’Université Cadi Ayyad de Marrakech, l’INP-HB, l’Agence des énergies renouvelables du Mali, l’Académie des sciences, arts et lettres du Bénin, le Réseau africain pour l’énergie solaire, le Centre d’incubation et de développement d’entreprises innovantes du Sénégal et l’Université de Ouagadougou au Burkina.

Autre fait marquant de cette 2ème édition, l’IRESEN et l’INP-HB ont signé un accord de coopération pour la création d’une plateforme régionale de recherche. Baptisée Green Energy Park MCI (Maroc-Côte d’Ivoire), cette plateforme basée à Yamoussoukro regroupera plusieurs stations de test, de validation et d’optimisation de composants solaires (Regional Testing Center-RTC) similaires à la plateforme de test installée au Green Energy Park de Benguerir.

Rédaction Infomédiaire