Le Fonds monétaire international (FMI) a révisé à la baisse ses prévisions de croissance de l’économie kényane pour l’année prochaine à 4,7% contre 6,1% auparavant, évoquant une période de reprise difficile.

Dans ses dernières “Perspectives de l’économie mondiale”, le FMI a expliqué cette révision en grande partie par la deuxième vague d’infections au Covid-19 qui a secoué différentes parties du pays même après la réouverture de l’économie par le gouvernement, encouragée par un aplatissement apparent de la courbe de la pandémie.

Le prêteur mondial a toutefois maintenu ses prévisions de croissance pour cette année à 1% alors que le pays continue de lutter contre les effets néfastes de la pandémie.

Depuis que le pays a annoncé son premier cas de Covid-19 le 13 mars, l’économie a été affectée par la fermeture des entreprises et la perte de revenus pour des millions de personnes.

Bien que les activités économiques aient commencé à reprendre après l’assouplissement des mesures de confinement, les prévisionnistes ont prédit une année 2020 difficile, la plupart d’entre eux s’attendant à ce que le produit intérieur brut (PIB) affiche une performance lamentable par rapport à la croissance de 4,7 pc de l’année dernière.

En outre, une reprise en douceur pourrait également être perturbée par une deuxième vague d’infections, les derniers chiffres du ministère de la Santé montrant une augmentation du nombre de nouveaux cas.

Une enquête de perception de la Banque centrale du Kenya (CBK) qui a interrogé plusieurs dirigeants a révélé que si les chefs d’entreprises étaient optimistes quant à la reprise de l’économie au cours des deux prochains mois, ils craignaient cependant une deuxième vague, entre autres risques.

Certains d’entre eux incluaient des incertitudes autour de la pandémie, des pertes d’emplois dans le secteur privé en raison de fermetures d’entreprises et une lente reprise après Covid-19 de certains secteurs économiques clés tels que le tourisme.

De son côté, le ministère des Finances s’attend à ce que l’économie kényane croisse de 2,6% cette année et de 5,3% en 2021.

La semaine dernière, le Bureau national des statistiques du Kenya (KNBS) a retardé la publication des chiffres du PIB pour le deuxième trimestre de 2020, des résultats qui auraient donné une image plus claire des dommages causés par la pandémie sur l’économie.

“Le retard a été occasionné par la soumission tardive des données nécessaires à la compilation en raison des défis liés à Covid-19”, a déclaré Collins Omondi, de la Direction générale de l’agence de statistiques.

La Banque centrale du Kenya (CBK) a précédemment déclaré que l’environnement des affaires s’améliorerait au troisième trimestre de l’année, les principaux indicateurs économiques indiquant une forte reprise après les perturbations observées au deuxième trimestre de 2020.

“Cette amélioration et cette résilience sont soutenues par la production agricole, une activité accrue dans des secteurs clés, en particulier les services avec l’assouplissement des restrictions de Covid-19, la normalisation des exportations et les interventions gouvernementales pour atténuer l’impact de la pandémie”, a déclaré CBK dans un communiqué.

Au deuxième trimestre de cette année, plus de 1,7 million de Kényans ont perdu leur emploi, le recouvrement des impôts étant sous-performant en raison des activités commerciales limitées.

L’activité économique a repris après que le président a assoupli certaines mesures, notamment la réouverture des restaurants après des mois de fermeture et l’assouplissement des restrictions de voyage inter-comtés.