Le Conseil constitutionnel en Côte d’Ivoire a rejeté les candidatures de l’ancien président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro et de l’ex-chef de l’Etat laurent Gbagbo à la présidentielle du 31 octobre prochain.


Sur les 44 candidatures déposées en vue du scrutin présidentiel, le Conseil constitutionnel a retenu quatre seulement, en l’occurrence celles du président en exercice Alassane Ouattara, de l’ancien chef de l’Etat Henri Konan Bédié, de l’ancien Premier ministre Pascal Affi Nguessan et du député Kouadio Konan Bertin.


En outre, le Conseil Constitutionnel n’a pas accédé aux requêtes laissant entendre que le président Ouattara ne pouvait pas briguer un autre mandat.


Le Conseil a expliqué que le changement de la constitution en 2016 n’était pas une “révision”, qu’elle instituait une “Troisième République” et qu’en absence de “dispositions” spéciales, le président Alassane Ouattara pouvait se présenter.


Acquitté en première instance par la Cour pénale internationale, Laurent Gbagbo séjourne à Bruxulles en Belgique en attendant un éventuel appel. Il a été condamné par la justice ivoirienne à 20 ans de prison pour le “braquage” de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest lors de la crise post-électorale de 2010-2011.


Quant à Guillaume Soro, qui s’est déclaré candidat à la présidentielle du 31 octobre prochain, il a été condamné par la justice ivoirienne à 20 ans de prison pour “recel de détournement de deniers publics” et fait l’objet d’une procédure pour “tentative d’insurrection”.