Le projet de construction de la Cité des métiers et des compétences (CMC) à Béni Mellal, dont les travaux vont d’arrache-pied pour son ouverture en 2022, s’inscrit dans le cadre d’un programme ambitieux de développement du secteur de la formation professionnelle, en créant à travers le Royaume 12 Cités des métiers et compétences, dont la Feuille de Route avait été présentée le 4 avril 2019 devant le Roi Mohammed VI.

Ce programme des CMC, qui devrait s’achever en 2024, vise à répondre aux besoins du marché de l’emploi de la région, à travers la formation de professionnels hautement qualifiés dans un certain nombre de disciplines, anciennes ou nouvelles, notamment l’électronique, la logistique, les médias et la communication.

Dans ce sens, une enveloppe de 3,6 milliards de dirhams a été allouée aux 12 CMC du Royaume, pour la formation, annuellement, de 34.000 stagiaires. Ainsi, ce programme offre une nouvelle génération d’établissements de formation professionnelle dans un souci d’améliorer l’employabilité des jeunes et d’augmenter la compétitivité des entreprises en plus de stimuler la création de valeur au niveau local.

Ledit programme a été pensé pour réunir toutes les conditions nécessaires à une formation professionnelle de qualité et répondant aux besoins réels du marché de l’emploi, grâce à un concept qui repose sur trois piliers fondamentaux, à savoir une offre de formation actualisée, des espaces pédagogiques modernes et un capital humain valorisé.

Ces trois piliers sont supportés par le socle de la nouvelle gouvernance définie pour les CMC, en sociétés de gestion (S.A), permettant un rapprochement effectif entre l’OFPPT, l’entreprise et la région en conférant à la Cité l’agilité et la souplesse de gestion nécessaires pour s’adapter “dans la durée” aux besoins d’un marché en perpétuelle évolution.

De ce fait, l’offre de formation qui sera dispensée au niveau de la CMC de Béni Mellal a été définie pour répondre aux besoins en compétences des écosystèmes économiques régionaux et pour accompagner leur développement. Elle a été établie, également, dans le cadre d’une dynamique d’”intelligence collective”, à travers la tenue de plusieurs séries d’ateliers ayant réuni l’OFPPT, les pouvoirs publics, les départements ministériels concernés, ainsi que les professionnels comme la CGEM, les fédérations et les associations professionnelles et les entreprises de référence.

L’offre de formation de la CMC portera sur 12 secteurs d’activités, dont 3 nouveaux, à savoir le digital et l’intelligence artificielle ainsi que le domaine de la santé et des services. Cette offre de formation sera dispensée à travers 195 filières ciblant principalement les nouveaux métiers et choisies en complémentarité avec l’offre actuelle, sujette à une profonde restructuration.

Les parcours de formation seront axés autour de la formation diplômante à hauteur de 68%, à travers 3 niveaux à savoir l’Ouvrier Qualifié, le Technicien et le Technicien Spécialisé ciblant les jeunes de 15 à 30 ans, alors que le reste de l’offre sera dédié à la formation qualifiante de courte durée, permettant l’acquisition ou l’approfondissement de compétences spécifiques et l’obtention d’un certificat de formation.

Par ailleurs, l’ingénierie de formation qui régira les nouveaux programmes sera caractérisée par le développement des compétences, passant principalement par la pratique alors que 30% du volume horaire sera réservé aux différents programmes consacrés au renforcement des compétences transversales, à savoir les soft skills, la linguistique, le numérique et l’entrepreneuriat, en plus du rajout d’un semestre pour les filières relevant des secteurs du tourisme et de l’hôtellerie et de la gestion et du commerce, dédié aux langues étrangères et aux soft skills.

Les CMC auront également de nouvelles méthodes pédagogiques plus interactives, plus collaboratives et libératrices des énergies des stagiaires, tout comme la pédagogie active, l’apprentissage par projet, le design thinking et la classe inversée, au moment où les futurs stagiaires évolueront dans une Cité moderne, leur offrant un cadre de vie et d’apprentissage catalysant l’acquisition des compétences, favorisant le développement personnel et stimulant la créativité.

Ces Cités sont indéniablement des structures communes offrant diverses prestations transversales au profit des apprenants et représentant un carrefour de rencontres des stagiaires issus des différents secteurs et métiers auxquels un large spectre de jeunes, issus de différentes localités, peut accéder et bénéficier gratuitement des services d’hébergement et de restauration.

Selon l’OFPPT, la rentrée 2022 verra le démarrage de 5 nouvelles Cités au niveau des régions de Rabat-Salé-Kénitra, Tanger-Tétouan Al Hoceima, Béni Mellal-Khénifra, Fès-Meknès et Guelmim-Oued Noun.

La rentrée 2023, pour elle, sera marquée par l’achèvement de la réalisation du Programme, avec l’ouverture des Cités des régions de Casablanca-Settat, de Drâa-Tafilalet, de Marrakech-Safi et de Dakhla-Oued Ed-Dahab.