Infomediaire Maroc – Entre 2001 et 2014, la progression du niveau de vie, appréhendé par la dépense annuelle moyenne par personne, a profité à l’ensemble des ménages, particulièrement aux catégories modestes et intermédiaires, et a favorisé le rapprochement en termes de bien-être socio-économique entre les différentes zones territoriales du Royaume, selon l’étude “Pauvreté et prospérité partagée au Maroc du troisième millénaire, 2001-2014”, réalisée par le Haut-commissariat au plan et la Banque mondiale.

Le taux de croissance du niveau de vie a augmenté de 3,3% entre 2001 et 2007 à 3,6% entre 2007 et 2014, et qu’exprimé en dirham courant, le niveau de vie moyen a progressé de 8 280 dirhams (DH) en 2001 à 11 233 DH en 2007 et à 15 876 DH en 2014.

Cette amélioration, note l’étude, a profité aussi bien aux citadins qu’aux ruraux et à toutes les couches sociales et aux pauvres plus qu’aux non-pauvres. Et sur le plan régional, l’évolution du niveau de vie entre 2001 et 2014 a nettement montré l’existence d’un processus de convergence entre les 12 régions du Royaume, bien que le rythme de réduction des écarts régionaux n’ait pas été le même pour toutes les régions, poursuit la même source, ajoutant que 6 régions sont dotées d’un niveau de vie supérieur à la moyenne nationale : Eddakhla-Oued Eddahab, Casablanca-Settat, Laâyoune-Sakia El Hamra, Rabat-salé-Kénitra, Tanger-Tétouan-Hoceima et l’Oriental.

Rédaction Infomediaire.