Infomediaire Maroc – Le bouquet de services “Achamil”, qui vise à faciliter l’accès aux services de santé aux adhérents dans le cadre de la protection sociale, a enregistré une demande croissante avec un total de 10.085 demandes reçues du 1er novembre au 20 décembre 2018, a annoncé la Mutuelle générale du personnel des administrations publiques (MGPAP).

Le Conseil d’administration de la Mutuelle, réuni dimanche en session ordinaire, a noté avec une grande satisfaction la consistance et la portée de ce produit typique et pilote aux niveaux national et africain, notamment dans le domaine de l’action mutualiste, soulignant que l’affluence sur ce package de prestations complémentaires, qui n’implique aucune charge financière supplémentaire sur les adhérents, va crescendo au fur et à mesure du temps, souligne la MGPAP mardi dans un communiqué.

Et de préciser que le bouquet de services complémentaires “Achamil” est un nouveau bouquet de services complémentaires mis gratuitement à la disposition des adhérents et de leurs ayant-droits, qui consiste en la gratuité du transport par ambulance en cas d’urgence, le déplacement du médecin à domicile et la réservation d’un lit à l’unité hospitalière la plus adaptée à l’adhérent sans fournir de garantie financière. De plus, les prestations comprennent une prime forfaitaire de naissance de 300 dirhams, une prime de 6.000 dirhams en cas de décès de l’adhérent et une somme de 2.000 dirhams en cas de décès du conjoint outre les montants versés par la Mutuelle au titre du fonds complémentaire de décès. Il s’agit également du service de transport funéraire, qui est assuré dans toutes les régions du Royaume quelle qu’en soit la distance entre le lieu du décès et celui de sépulture, outre la facilitation des procédures et des formalités administratives relatives au décès.

Ces services offerts s’inscrivent dans le sillage des orientations du Roi Mohammed VI, visant à accorder une importance particulière à la protection sociale et surmonter les obstacles qui empêchent les citoyens d’accéder aux services de santé, a indiqué le président du CA de la Mutuelle, Abdelmoula Abdelmoumni, cité par le communiqué.

Par ailleurs, le Conseil d’administration a souligné la nécessité de poursuivre les efforts visant à simplifier les procédures afin de garantir que le plus grand nombre d’adhérents et leurs ayant-droits puissent bénéficier de ces nouveaux services destinés à promouvoir la justice spatiale parmi les bénéficiaires des services de la MGPAP, à améliorer et diversifier les prestations servies, note la même source. Le Conseil a également mis l’accent sur l’impératif de préserver les actifs et le patrimoine de la Caisse Nationale des Organismes de Prévoyance Sociale (CNOPS), ajoutant que cette institution, en tant que fédération de mutuelles, a le droit de préserver ses actifs, ses biens et ses ressources humaines qu’elle a accumulés depuis 1950 afin de lui permettre de jouer son rôle de régulateur et d’acteur pour améliorer le système de couverture médicale à travers le partage des risques avec les gestionnaires du système.

Dans ce contexte, “le Conseil a estimé que la décision de faire passer, de façon précipitée et exclusive, le décret-loi N° 2.18.781 portant création d’un nouvel établissement public sous le nom de la ‘Caisse Marocaine de l’Assurance Maladie’, s’inscrit en faux avec les principes associés à l’implication de l’ensemble des acteurs du secteur de la couverture maladie, comme elle constitue une violation du principe de démocratie participative, énoncé par la Constitution marocaine”, selon le communiqué.

A cet égard, “le Conseil d’administration a exprimé son étonnement quant à l’exclusion dont a fait l’objet la MGPAP, qui assure la présidence de l’Union africaine de la Mutualité (UAM) et la vice-présidence de l’Union Mondiale de la Mutualité (UMM), de la participation au premier Forum national sur la protection sociale, organisé les 12 et 13 novembre à Skhirat, outre l’élimination des syndicats de prendre part aux ateliers de travail”.

Lors de cette séance, le Conseil d’administration a approuvé une série de décisions visant à rapprocher et à améliorer les prestations offertes aux adhérents et à leurs ayant-droits, et ce, en harmonie avec les Hautes orientations royales.

Au cours de la même réunion, le Conseil a approuvé le projet de budget pour l’année 2019, en tenant compte de la dimension sociale ainsi que la diversification et l’amélioration des services offerts. Il a également insisté sur la nécessité d’accélérer l’arrêt des comptes 2018 et de procéder à l’inventaire annuel des biens, conclut le communiqué.

Rédaction Infomediaire.