Les membres du Conseil d’administration (CA) du Centre régional d’investissement (CRI) de Casablanca-Settat ont adopté, ce mardi, à l’unanimité, le plan stratégique 2020-2022 du CRI.


Le deuxième CA du CRI de Casablanca-Settat, qui s’est tenu sous la présidence du wali de la région, gouverneur de la préfecture de Casablanca, Said Ahmidouch, marque un temps fort d’une réforme ambitieuse, signe de changement dans l’Administration publique, conformément aux instructions du Roi Mohammed VI.


Le bilan d’étape de janvier à septembre 2020 présenté, à cette occasion, par le directeur général du CRI, Salmane Belayachi, a mis en avant plusieurs chantiers relatifs à l’organisation du CRI et de ses réalisations, notamment celles de la Commission régionale unifiée de l’investissement (CRUI).


La mise en place de cette commission est une révolution en termes de traitement administratif des dossiers d’investissement, son mode opératoire permettant d’adopter le vote à la majorité dans l’octroi des décisions, avec un délai réglementaire maximal d’un mois comme délais d’instruction des dossiers déposés.


L’objectif escompté consiste à dynamiser l’investissement en tant que moteur de relance économique, vu le contexte particulier marqué par la crise sanitaire qui impose un service public moderne et fluide capable d’offrir un accompagnement de l’investisseur de bout en bout, a souligné Belayachi.


Les projets ayant reçu un avis favorable vont permettre d’attirer plus de 37 milliards de dirhams d’investissement avec une projection de création de plus de 22 000 emplois directs.


Par ailleurs, l’accompagnement des investisseurs et des TPME a été placé au cœur de la stratégie du CRI de Casablanca-Settat. Ainsi, 70 investisseurs et entreprises ont été accompagnés pour faciliter leurs installations, leurs développements et le règlement des différends survenus au cours de leurs fonctionnements.


“Le choix du ministère de l’intérieur de démarrer le chantier de la réforme des CRI par la dématérialisation des procédures administratives s’est révélé stratégique, perspicace, voire salvateur, car ces résultats ne pouvaient être atteints sans le démarrage immédiat de la plateforme CRI-Invest qui permet de gérer tout le processus administratif de bout en bout de façon fluide et efficace”, a expliqué Belayachi.


Grace à cette plateforme, les services du CRI n’ont jamais été interrompus, malgré la période de confinement et de la crise sanitaire, s’est-il félicité.


Dans une démarche de conduite de changement et afin de permettre la mise en œuvre des nouvelles missions du CRI, une approche participative et d’intelligence collective novatrice a pu fédérer l’ensemble du personnel du CRI autour de son plan stratégique triennal 2020-2022.


Les axes principaux qui ressortent de ce plan résident dans le renforcement des compétences et de l’expertise des ressources humaines inscrivant le CRI dans une culture d’excellence permettant à ses ressources de mener à bien leurs missions, la facilitation administrative et le suivi des décisions de la CRUI à travers la continuité du processus de dématérialisation et l’amélioration continue de la plateforme CRI-INVEST.


Il s’agit également de l’accompagnement des TPME avec la création du premier pôle intégré de l’accompagnement au niveau régional, l’amélioration des services aux investisseurs en termes de conciliation et médiation en synergie avec les parties prenantes et le secteur privé, le développement d’une plateforme digitale de veille et d’intelligence économique, qui couvre la collecte, l’analyse et la publication de la data économique régionale au profit des investisseurs, des décideurs et des acteurs locaux, outre la promotion des opportunités d’investissement de la région via l’élaboration d’une offre territoriale attractive.


Le CRI de Casablanca Settat a donc entériné lors de son Conseil d’administration son ambition d’être un établissement public moderne et un levier de la promotion régionale de l’investissement et de la facilitation de l’acte d’investir.
Dans son mot d’ouverture, Ahmidouch a rappelé l’importance de l’acte d’investir en tant que moteur de relance et de développement économique de la région.


“La réforme des CRI est un des chantiers structurants dans le processus de modernisation de l’Administration publique marocaine, elle arrive à point nommé surtout dans le contexte économique actuel. Les premiers signes de la rupture et des choix stratégiques des axes de la réforme des CRI sont aujourd’hui palpables sur le terrain et nous nous réjouissons de son avancée, pour permettre aux investisseurs, aux TPME et aux porteurs de projets dans notre région, d’accéder à un service public de qualité, en amélioration continue, prouvée par des indicateurs de performance et des délais de traitement jamais atteints”, a-t-il enchainé.


Le wali de la région a également salué “le dynamisme remarquable que nous ressentons au quotidien dans lequel s’est inscrit le CRI 2.0 de Casablanca-Settat insufflé par son DG et sa nouvelle équipe, malgré le contexte particulier qui a coïncidé avec son démarrage, mais qui permettra d’asseoir les fondations d’un établissement public performant et résilient”.