La Commission nationale des stupéfiants (CNS) a tenu, mardi à Rabat sous la présidence du ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, une réunion de coordination pour étudier les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur le cannabis et les substances apparentées, notamment ses vertus thérapeutiques et médicinales. 


Dans une allocution de circonstance, Ait Taleb a souligné que le Maroc, qui est membre de cette instance onusienne, est appelé à voter, lors de la 63ème session ordinaire de la Commission des Stupéfiants des Nations Unies (ONU), prévue à Vienne du 2 au 6 mars, les recommandations de l’OMS afférentes au cannabis et substances liées. 


“C’est la première fois depuis l’adoption de la Convention unique de 1961 sur les stupéfiants, que l’Organisation Mondiale de la Santé commence à changer de position sur le cannabis et les substances apparentées en appelant son Comité d’Experts sur la dépendance à procéder à un examen critique de la classification dont font objet actuellement le cannabis et les substances liées” a-t-il remarqué.


Le ministre a rappelé que, vu l’importance que revêtent ces amendements, notamment en ce qui concerne le volet médical et la recherche scientifique, cette réunion a pour but d’échanger, de coordonner nos idées, se concerter, discuter de ces recommandations et évaluer leur impact, en cas d’adoption, sur la politique anti-drogue menée par notre pays et particulièrement sur le volet cannabis.


Ait Taleb a, en outre, mis en avant la Stratégie Nationale, qui a été élaborée dans le cadre de cette même CNS, et qui a été présentée dans le cadre d’un Side event en 2006 à Vienne lors de la tenue de la 49ème session extraordinaire de l’Assemblée Générale de la Commission des Stupéfiants des Nations Unies.


Il a ainsi mis en exergue l’adhésion du Maroc aux efforts de la communauté internationale qui se traduit par “la souscription de notre pays à la Déclaration Politique et le Plan d’Action de l’Assemblée Générale de l’ONU (2009-2019), la Déclaration Ministérielle Conjointe issue de l’examen de Haut Niveau de 2014, ainsi que le document de l’UNGASS adopté lors de la session extraordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU à New-York en avril 2016”, ainsi que par la ratification des conventions internationales sur les stupéfiants, les psychotropes, les précurseurs chimiques, le terrorisme, le blanchiment d’argent et le crime organisé.


A cet égard, Ait Taleb a rappelé que des quantités importantes de cannabis et de résine de cannabis sont constamment saisies, des réseaux démantelés et des mis en cause traduits devant la justice grâce aux efforts concertés des différents services de sécurité et de lutte contre le trafic national et international de drogues. 


Cette réunion, qui s’inscrit dans le cadre de la tenue de la 63ème session ordinaire de la Commission internationale des stupéfiants des Nations Unies prévue à Vienne, a pour objectifs d’adopter une position nationale sur les recommandations de l’OMS sur le cannabis, la résine de cannabis et les substances liées