Infomédiaire Maroc –  Les participants à la 93ème Assemblée générale de l’Union internationale des chemins de fer (UIC), tenue vendredi à Paris, ont été unanimes à souligner “avec grande satisfaction” le lancement, le 15 novembre dernier par le Roi, du Train à Grande Vitesse “Al Boraq”, y voyant le “changement historique” de l’année 2018 qui a permis à l’Afrique d’intégrer le club de la Grande Vitesse. Intervenant lors de cette rencontre statutaire, qui a réuni plus de 180 hauts responsables de réseaux ferrés à travers le monde, le Directeur général de l’Office national des chemins de fer (ONCF) et président de la région Afrique, Mohamed Rabie Khlie, a brossé un tableau des enjeux, des défis et des prouesses de ce méga chantier, ainsi que de ses effets d’entraînements aux multiples facettes, indique l’ONCF dans un communiqué.

En outre, Khlie a rappelé que d’autres projets structurants ont été réalisés et mis en service dans le cadre de la poursuite de la modernisation du réseau et l’augmentation de sa capacité, évoquant la construction de gares “nouvelles générations” devenues des centres de vie multifonctionnelles et hubs multimodaux qui offrent plus de services et une meilleure accessibilité.
Les hauts responsables et experts aussi bien internationaux que régionaux “ont tenu à féliciter le Maroc pour ces réalisations exceptionnelles et mutations qui lui ont permis d’enregistrer un saut remarquable quant à son positionnement sur l’échiquier international en devenant le 18ème pays mondial doté de cette technologie, 6ème pays en termes de vitesse d’exploitation commerciale (320 km/h) avec au passage le 9ème record mondial (357 km/h), se félicite l’ONCF.
A la veille de cette Assemblée générale, M. Khlie a présidé la 15è Assemblée région de l’Afrique à laquelle ont pris part les décideurs de plus d’une dizaine de réseaux ferrés africains, avec à l’ordre du jour l’examen du bilan de l’année 2018 et la présentation d’une rétrospective détaillée sur les actions menées durant les cinq dernières années. Cette réunion a été l’occasion de mettre en avant “les résultats éloquents qui traduisent les efforts déployés pour contribuer à donner une nouvelle impulsion au rail en Afrique”, note la même source, citant l’organisation d’une dizaine de rencontres sur le rail en Afrique pour plus de 150 experts et 1.600 participant (25 pays), la réalisation de deux études prospectives et l’organisation à Rabat de 10 sessions de formation au profit d’environ 200 cadres des réseaux africains assurés par des experts ONCF.
Au titre de ce bilan, “les membres ont noté avec satisfaction les résultats enregistrés et incité le président de la région à persévérer sur la même voie en vue de donner une nouvelle impulsion à la coopération Sud-Sud et contribuer au développement du mode ferroviaire afin qu’il puisse jouer pleinement le rôle qui lui revient dans la croissance inclusive du continent africain. Suite à un débat riche et fructueux, les participants ont arrêté un plan d’action ambitieux et diversifié, qui sera déployé à raison d’une action en moyenne par mois, fait savoir l’ONCF, précisant que ces actions concernent notamment l’actualisation et le déploiement de la stratégie 2040, l’organisation de séminaires et conférences ciblés, le renforcement de la coopération bilatérale inter-réseaux et la tenue de sessions de formations.
Par ailleurs, Khlie a tenu une réunion de travail avec les responsables du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique et de réseaux ferrés africains (NEPAD) qui ont porté sur l’examen des actions ciblées à mettre en œuvre en vue de dynamiser et renforcer la coopération aussi bien bilatérale qu’avec les organes et institutions concernées.
A ce titre, il a été décidé d’accorder une attention particulière à la coordination avec les structures concernées de l’Union Africaine (UA) à travers notamment une implication significative dans les activités et projets de transport ferroviaires initiées, souligne l’Office, ajoutant que c’est le cas de l’étude prospective relative à la réalisation d’un réseau intégré de chemins de fer continental à grande vitesse en Afrique, en tant que projet phare retenu dans l’agenda 2063 approuvé par les Chef d’Etats et de Gouvernements de l’Union Africaine lors du 24ème Sommet tenu à Addis-Abiba en Ethiopie en 2015.
Ce positionnement de l’ONCF au niveau international et régional s’inscrit en droite ligne avec la politique tracée par SM le Roi Mohammed VI en matière de renforcement de la coopération Sud-Sud et d’amélioration du positionnement et de la compétitivité du continent africain sur la scène internationale, conclut le communiqué.

 

 

Rédaction Infomédiaire