En 2019,  l’économie marocaine a créé 165.000 postes d’emploi (+1,5%), résultant d’une création de 250.000 postes en milieu urbain et une perte de 85.000 en milieu rural, contre une création de 111.000 une année auparavant.

Le secteur des « services » a créé 267.000 emplois, celui des   » BTP »  24.000 et l’ »industrie y compris l’artisanat » 17.000, alors que le secteur de l’ »agriculture, forêt et pêche » a perdu 146.000 emplois.

Dans ce contexte, avec une baisse de 33.000 personnes en milieu urbain et une hausse de 3.000 en milieu rural, le nombre total de chômeurs a baissé de 30.000 personnes au niveau national, s’établissant à 1.107.000 chômeurs.

Le taux de chômage est ainsi passé de 9,5% à 9,2% au niveau national ; de 13,8% à 12,9% en milieu urbain et de 3,6% à 3,7% en milieu rural. Les taux de chômage les plus élevés affectent avec 13,5% les femmes, 15,7%  les diplômés et 24,9% les jeunes âgés de 15 à 24 ans.

La population active occupée en situation de sous-emploi lié au nombre d’heures travaillées a atteint 385.000 personnes au niveau national, avec un taux de 3,5%. La population en situation de sous-emploi lié à l’insuffisance du revenu ou à l’inadéquation entre la formation et l’emploi exercé est de 616.000 personnes (5,7%).  Au total, 1.001.000 personnes souffrent de sous-emploi aux normes du BIT. Le taux global de sous-emploi est ainsi passé de 9,3% à 9,2%, au niveau national, de 8,4% à 8,3% en milieu urbain et de 10,6% à 10,4% en milieu rural.

Création nette d’emplois et une légère baisse des taux d’activité et d’emploi

En 2019, la situation du marché de travail a été marquée par la persistance de la baisse des taux d’activité et d’emploi. La population en âge d’activité (15 ans et plus) s’est accrue, par rapport à 2018, à un rythme plus important (+1,6%) que celui de la population active (+1,1%). Le taux d’activité a, ainsi, reculé de 46% à 45,8% (-0,2 point) entre 2018 et 2019. Il a augmenté de 42% à 42,3% en milieu urbain (+ 0,3 point) et a baissé de 53,2% à 52,2% en milieu rural (-1 point). Entre hommes et femmes, l’écart des taux d’activité est de 49,5 points (respectivement 71% et 21,5%).

Avec un accroissement de 1,5%, le volume de l’emploi s’est accru de 165.000 postes, résultat d’une hausse de 250.000 en milieu urbain et d’une baisse de 85.000 en milieu rural, contre une création nette de 111.000 postes une année auparavant.

Selon le statut d’emploi, 234.000 postes d’emploi rémunéré ont été créés entre 2018 et 2019, 233.000 en milieu urbain et 1.000 en milieu rural, contre une création 173.000 entre 2017 et 2018. L’emploi non rémunéré, constitué de 98% d’aides familiales, a en revanche enregistré une baisse de 69.000 postes, résultant d’une création de 17.000 en zones urbaines et d’une perte de 86.000 en zones rurales, où elle était de 63.000 une année auparvant.

Le taux d’emploi a baissé de 41,7% à 41,6% (-0,1 point). Il a connu une augmentation de 0,7 point en milieu urbain et une baisse de 1 point en milieu rural. Entre hommes et femmes, l’écart des taux d’emploi est de 46,9 points (respectivement 65,5% et 18,6%).


A l’exception de l’ »agriculture forêt et pêche », tous les autres secteurs d’activité économique ont contribué à la création d’emploi

En tête, le secteur des « services », a enregistré une création nette de 267.000 postes, 223.000 en milieu urbain et 44.000 en milieu rural, ce qui correspond à une hausse de 5,7% du volume d’emploi dans ce secteur, contre une création de 142.000 emplois enregistrée une année auparavant.

De son côté, le secteur des « BTP » a créé 24.000 postes d’emploi au niveau national, 6.000 en milieu urbain et 18.000 en milieu rural, correspondant à une hausse de 2,1%, contre une perte de 30.000 emplois entre 2017 et 2018.

Le secteur de l’« industrie y compris l’artisanat » a créé, quant à lui, 17.000 emplois (4.000 en milieu urbain et 13.000 en milieu rural), correspondant à une hausse de 1,3%, contre une création de 44.000 une année auparavant.

Le secteur de l’« agriculture forêt et pêche » a, en revanche, perdu 146.000 emplois au niveau national, correspondant à une baisse de 3,9%,  résultat d’une perte de 160.000 emplois en milieu rural et d’une création de 14.000 en milieu urbain, contre une perte de 46.000 emplois entre 2017 et 2018.

Figure 2. Création nette d’emplois entre 2018 et 2019 par secteur d’activité économique et milieu de résidence

Leger recul du chômage

Entre 2018 et 2019, le nombre de chômeurs est passé de 1.137.000 à 1.107.000 personnes. Il a connu une baisse de 30.000 personnes (-2,6%), résultant d’une baisse de 33.000 personnes en milieu urbain et d’une hausse de 3.000 personnes en milieu rural. Le taux de chômage est passé de 9,5% à 9,2% au niveau national, de 13,8% à 12,9% en milieu urbain et de 3,6% à 3,7% en milieu rural.

Persistance d’un chômage élevé parmi les jeunes, les femmes et les diplômés

Les taux de chômage les plus élevés sont relevés, en particulier, parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans (24,9% contre 7,0% parmi les personnes âgées de 25 ans et plus), les détenteurs d’un diplôme (15,7% contre 3,1% parmi les personnes n’ayant aucun diplôme) et les femmes (13,5% contre 7,8% parmi les hommes).

Le taux de chômage des détenteurs d’un diplôme de formation professionnelle est de 22,0%.  Il est nettement plus élevé parmi les femmes (33,1%) et les jeunes âgés de 15 à 29 ans (35,4%).

Un chômage de longue durée et de première insertion

Près de 6 chômeurs sur 10 (57,2%) sont à la recherche de leur premier emploi (50,9% parmi les hommes et 69,0% parmi les femmes). Plus de 2 chômeurs sur 3 (68,2%) sont à la recherche d’un emploi depuis une année ou plus (63,8% parmi les hommes et 76,3% parmi les femmes). D’un autre côté, 36,2% des chômeurs se sont retrouvés dans cette situation suite au licenciement ou à l’arrêt de l’activité de l’établissement employeur. 

Baisse relative du sous-emploi

Conformément aux recommandations du BIT, le sous-emploi est constitué, selon l’approche de l’Enquête nationale sur l’emploi,  de deux composantes, la première liée au nombre d’heures travaillées et la deuxième à l’insuffisance du revenu ou à l’inadéquation entre la formation et l’emploi exercé.

S’agissant de la première composante, la population active occupée en situation de sous-emploi lié au nombre d’heures travaillées a atteint 385.000 personnes au niveau national, avec un taux de 3,5%. La population en situation de sous-emploi lié à l’insuffisance du revenu ou à l’inadéquation entre la formation et l’emploi exercé est de 616.000 personnes (5,7%). Au total, le volume du sous-emploi, dans ses deux composantes, est de 1.001.000 personnes au lieu de 1.010.000 personnes une  année auparavant au niveau national.

Le taux de sous-emploi est, quant à lui, passé de 9,3% à 9,2% au niveau national, de 8,4% à 8,3% en milieu urbain et de 10,6% à 10,4% en milieu rural.

Au niveau national, le taux de sous-emploi des hommes (10,3%) est presque le double de celui des femmes (5,5%). Dans les villes, il est presque de même niveau, respectivement 8,2% et 8,5%, alors dans la campagne, il est 5 fois plus important parmi les hommes (13,3%) que parmi les femmes (2,5%).

Situation régionale du marché du travail[1]

Cinq régions abritent 71,9% de l’ensemble des actifs âgés de 15 ans et plus. Celle de Casablanca-Settat vient en première  position avec 22,9% d’actifs, suivie de Rabat-Salé-Kénitra (13,6%), Marrakech-Safi (13,4%), Fès-Meknès (11,5%) et Tanger-Tétouan-Al Hoceima (10,6%).

Trois régions enregistrent des taux d’activité supérieurs à  la moyenne nationale (45,8%). Il s’agit de Casablanca-Settat (50%), Marrakech-Safi (47,4%) et Régions du Sud (46%). En revanche, les taux les plus bas sont enregistrés dans les régions de Drâa-Tafilalet (41,6%) et de Souss-Massa (42,9%).

Par ailleurs, cinq régions concentrent près des trois quarts des chômeurs (71,6%) au niveau national; Casablanca-Settat vient en première position avec 25%, suivie de Rabat-Salé-Kénitra avec 15,8%, Fès-Meknès avec 11%, Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec 9,9% et l’Oriental avec 9,9%.

Les taux de chômage les plus élevés sont observés dans les régions du Sud (16,3%) et de l’Oriental (13,8%). Avec une acuité moindre, trois autres régions dépassent la moyenne nationale (9,2%) à savoir Rabat-Salé-Kénitra (10,7%), Souss-Massa (10,3%) et Casablanca-Settat (10%). En revanche, les régions de Béni Mellal- Khénifra et de Drâa-Tafilalet enregistrent les taux les plus bas avec respectivement 5,4% et 5,6%.


Tableau1 : Indicateurs annuels d’activité, d’emploi et de chômage par milieu de résidence(1)

      (Effectifs en milliers et taux en %)

  2018 2019
Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble
Activité (des 15 ans et plus)
Population active 6 987 4 960 11 947 7 204 4 878 12 082
Taux de féminisation de la population active 22,1 26,7 24,1 22,5 25,7 23,8
Taux d’activité 42,0 53,2 46,0 42,3 52,2 45,8
• Selon le sexe
Hommes 67,3 77,5 71,0 67,6 77,0 71,0
Femmes 18,1 28,6 21,8 18,5 27,1 21,5
• Selon l’âge
15-24 ans 21,6 34,6 26,8 20,6 31,9 25,1
25-34 ans 58,7 62,6 60,0 59,1 62,1 60,1
35-44 ans 57,6 67,0 60,8 57,6 66,7 60,7
45 ans et plus 35,7 54,3 42,2 36,7 53,8 42,6
• Selon le diplôme
Non diplômés 36,2 55,5 45,5 36,2 54,7 45,0
Diplômés 46,6 46,9 46,7 47,0 46,0 46,8
Emploi (des 15 ans et plus)
Population active occupée 6 026 4 784 10 810 6 277 4 698 10 975
Taux d’emploi 36,2 51,3 41,7 36,9 50,3 41,6
• Selon le sexe
Hommes 60,0 74,5 65,3 60,7 73,9 65,5
Femmes 13,8 27,9 18,7 14,5 26,3 18,6
Structure de l’emploi selon les secteurs d’activité économique
Agriculture, forêt et pêche 4,9 71,5 34,4 4,9 69,4 32,5
Industrie (y compris artisanat) 18,2 4,3 12,0 17,5 4,7 12,0
BTP 12,1 8,3 10,4 11,7 8,8 10,5
Services 64,7 15,9 43,1 65,7 17,1 44,9
Activités mal ou non désignées 0,1 0,0 0,1 0,2 0,0 0,1
Part de l’emploi rémunéré dans l’emploi total, dont : 96,9 67,4 83,8 96,8 68,6 84,7
Salariés 67,0 42,6 58,3 67,4 43,4 59,1
Auto-employés 33,0 57,4 41,7 32,6 56,6 40,9
Population active occupée en sous-emploi 503 507 1 010 514 487 1 001
Taux de sous-emploi 8,4 10,6 9,3 8,3 10,4 9,2
2018 2019
Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble
Chômage
Population active en chômage 961 176 1 137 928 179 1 107
Taux de féminisation de la population active en chômage 38,4 19,6 35,5 38,1 19,2 35,0
Taux de chômage 13,8 3,6 9,5 12,9 3,7 9,2
• Selon le sexe
Hommes 10,9 3,9 8,1 10,3 4,0 7,8
Femmes 23,9 2,6 14,1 21,8 2,7 13,5
• Selon l’âge
15-24 ans 41,8 10,5 25,6 39,2 11,3 24,9
25-34 ans 20,9 4,5 15,0 20,4 5,1 15,1
35-44 ans 6,2 1,6 4,5 6,1 1,7 4,5
45 ans et plus 3,2 0,9 2,2 3,1 0,8 2,1
• Selon le diplôme
Non diplômés 5,7 1,7 3,3 5,2 1,7 3,1
Diplômés 18,6 9,7 16,7 17,3 9,6 15,7
  • Source : Enquête nationale sur l’emploi, Haut Commissariat au Plan (Direction de la Statistique).
  • Pour les définitions des concepts et indicateurs utilisés, se référer au glossaire disponible sur le site web du HCP : http://www.hcp.ma.
  • Les données chiffrées sont arrondies. Le résultat arrondi d’une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Tableau 2: Taux d’activité, d’emploi et de chômage par région et milieu de résidence (en%).

Indicateurs 2018 2019
Urbain Rural National Urbain Rural National
Taux d’activité (15 ans et plus)            
Tanger-Tétouan-Al Hoceima 42,8 53,2 46,7 43,4 49,9 45,8
Oriental 41,7 49,4 44,0 41,1 47,7 43,0
Fès-Meknès 37,7 51,7 42,7 38,7 50,9 43,0
Rabat-Salé-Kénitra 42,5 56,9 46,3 42,3 54,2 45,5
Béni Mellal-Khénifra 35,7 53,4 44,1 36,9 54,3 45,1
Casablanca-Settat 45,2 65,4 49,8 46,1 63,8 50,0
Marrakech-Safi 43,5 52,1 48,1 42,1 51,9 47,4
Drâa-Tafilalet 35,1 43,7 40,6 35,6 45,0 41,6
Souss-Massa 41,6 45,0 42,9 42,6 43,5 42,9
Régions du Sud 42,9 58,7 46,4 42,1 60,6 46,0
Total 42,0 53,2 46,0 42,3 52,2 45,8
Taux d’emploi (15 ans et plus)            
Tanger-Tétouan-Al Hoceima 38,2 51,3 43,2 38,3 48,1 41,9
Oriental 33,9 44,6 37,1 34,5 43,3 37,0
Fès-Meknès 32,2 50,2 38,7 33,7 49,4 39,2
Rabat-Salé-Kénitra 36,2 54,5 41,0 36,5 52,1 40,6
Béni Mellal-Khénifra 31,7 52,4 41,5 33,2 53,2 42,7
Casablanca-Settat 39,1 64,1 44,7 40,1 62,1 45,0
Marrakech-Safi 38,0 50,6 44,8 38,0 50,5 44,7
Drâa-Tafilalet 31,2 42,5 38,4 32,2 43,3 39,2
Souss-Massa 36,2 42,2 38,6 37,2 40,7 38,5
Régions du Sud 35,3 54,8 39,6 33,8 56,3 38,5
Total 36,2 51,3 41,7 36,9 50,3 41,6
Taux de chômage            
Tanger-Tétouan-Al Hoceima 10,6 3,6 7,5 11,9 3,6 8,6
Oriental 18,6 9,7 15,6 16,0 9,2 13,8
Fès-Meknès 14,4 2,8 9,3 12,9 3,0 8,7
Rabat-Salé-Kénitra 14,7 4,3 11,4 13,7 3,9 10,7
Béni Mellal-Khénifra 11,2 1,8 5,8 9,9 1,9 5,4
Casablanca-Settat 13,6 2,0 10,2 13,0 2,7 10,0
Marrakech-Safi 12,5 2,9 6,9 9,8 2,9 5,7
Drâa-Tafilalet 11,0 2,7 5,3 9,6 3,8 5,6
Souss-Massa 12,9 6,3 10,1 12,7 6,5 10,3
Régions du Sud 17,8 6,7 14,7 19,7 7,1 16,3
Total 13,8 3,6 9,5 12,9 3,7 9,2

Source : Enquête nationale sur l’emploi, Haut Commissariat au Plan (Direction de la Statistique).


[1] Les principaux indicateurs sur le marché du travail au niveau régional sont disponibles dans le Tableau 2.