Infomédiaire Maroc – La Bourse de Casablanca a dévoilé, mercredi, son nouveau plan de développement pour la période 2018-2021, baptisé “Ambition 2021″, et qui vise à moderniser l’infrastructure du marché avec l’ambition d’en faire une plateforme robuste, intégrée et performante. Cette feuille de route, dont l’élaboration est intervenue suite à la démutualisation de la bourse, acte la construction d’une nouvelle architecture de marché destinée à ériger la Place en hub financier africain intégré, facilitant l’accès au capital et répondant aux besoins des émetteurs et investisseurs internationaux.

S’exprimant à cette occasion, le Président du Conseil d’Administration de la Bourse de Casablanca, Hamid Tawfiki, a indiqué qu’”Ambition 2021″ est le fruit d’une réflexion commune et partagée entre tous les acteurs de la place financière. Ce plan va permettre de doter le marché d’une plate-forme intégrée, solide, ouverte, attractive et aux meilleurs standards internationaux, mobilisera l’épargne locale et attirera l’épargne étrangère en vue de libérer le potentiel du marché et d’assurer un meilleur financement de l’économie du Maroc et de l’Afrique, a-t-il expliqué.

Pour sa part, le Directeur Général de la Bourse de Casablanca, Karim Hajji, a souligné qu’”Ambition 2021” sera piloté via un programme de transformation basé sur une gouvernance claire et efficiente. La construction de cette feuille de route s’est en effet voulue fédératrice. Elle ouvre le chemin d’une dynamique positive qui réunit tous les acteurs de l’écosystème boursier, amplifiée par l’activation du Comité du Marché des Capitaux (CMC) en vue d’accélérer l’évolution du marché local des capitaux vers une efficience collective à même de faire rayonner la Bourse de Casablanca sur le plan continental et au-delà, a-t-il ajouté.

La nouvelle vision stratégique de la Bourse de Casablanca, qui mobilise toutes les parties prenantes (autorité de tutelle, régulateur et professionnels du marché), se fixe trois objectifs clés. Il s’agit de construire une infrastructure performante avec le passage de la Bourse de Casablanca en groupe boursier, la création d’une chambre de compensation et d’une société gestionnaire du marché à terme, utilisant une plate-forme technologique multi-produits et doté d’un cadre solide de gestion intégrée des risques.

Le deuxième objectif consiste à mieux contribuer au financement de l’économie à travers la stimulation de l’offre de papier sur le marché actions et obligations, le renforcement de l’attractivité de la Bourse de Casablanca auprès des investisseurs locaux et internationaux et l’accélération du développement de la liquidité du marché. Autre objectif stratégique de la nouvelle feuille de route, faire rayonner la Bourse de Casablanca via la cotation des titres étrangers, l’amélioration de la connectivité avec les marchés financiers internationaux, la création d’un fonds 100% Afrique et le déploiement du programme Elite en Afrique de l’Ouest et Centrale.

La présentation du nouveau plan de développement de la Bourse de Casablanca intervient quelques jours après la tenue de la première réunion du CMC, dont les prérogatives couvrent toutes les questions liées au marché des capitaux. L’institution du CMC par la nouvelle loi relative à la bourse, vient suite à une requête de la communauté financière qui a estimé que la place financière marocaine doit disposer d’un organe de concertation et d’échange où les autorités publiques et les intervenants peuvent réfléchir ensemble sur les questions et thématiques qui vont forger les orientations stratégiques de la place.

Si les domaines de la stabilité financière et l’inclusion financière sont couverts pour le premier par le Comité de Coordination et de Surveillance des Risques Systémiques présidé par le Wali de Bank Al Maghrib et pour le second par une structure de gouvernance dédiée en cours de mise en place, le CMC devra s’atteler particulièrement aux questions en relation avec le développement du marché et de ses institutions.

 

IM