Le Maroc est sur le bon chemin en matière de contribution aux efforts mondiaux dans le combat contre les changements climatiques, a souligné Marc Vanheukelen, premier ambassadeur de l’Union européenne (UE) pour le climat.


«Nous considérons le Maroc comme un très bon élève de la classe. Le Maroc est pour nous et pourrait encore le devenir plus, un pays phare surtout pour le continent africain», a estimé Vanheukelen dans une interview à la MAP et à la chaîne TV M24 à l’occasion du 5ème anniversaire de l’Accord de Paris.


«Votre pays a bien compris les enjeux environnementaux et économiques du combat contre les changements climatiques. Il a joué un rôle important proactif dans les débats internationaux, en organisant par exemple deux cop des 25 qui ont déjà eu lieu », a affirmé l’ambassadeur européen, dont la mission est de convaincre les partenaires étrangers de s’engager dans le combat contre le changement climatique.

Il a souligné que le Royaume est également «un précurseur en matière des énergies renouvelables», notant que le pays s’est fixé des objectifs ambitieux pour 2030 et qu’il est «sur le bon chemin».


S’exprimant sur les perspectives du partenariat avec l’UE dans ces domaines, comme souligné dans la déclaration conjointe adoptée à l’occasion de la 14ème session du Conseil d’Association en juin 2019, Vanheukelen a indiqué que le Maroc pourrait devenir un grand partenaire de l’Europe et un grand acteur en matière d’énergies renouvelables également dans le développement futur de l’hydrogène.


«Le Royaume a déjà avec l’Espagne une liaison d’électricité. Vous êtes un exportateur de l’électricité vers l’Union européenne. Je crois que ceci pourrait se développer encore davantage et un partenariat en matière de développement durable entre le Maroc et l’Union européenne pourrait bien se dessiner», a-t-il précisé.


Vanheukelen a fait remarquer qu’il y a naturellement encore de grandes tâches à accomplir, mais «les deux partenaires partagent beaucoup d’ambitions ».


Et d’ajouter qu’«il faut mettre en commun les expériences et les savoir-faire. Comme ça l’Europe et le Maroc pourront avoir une collaboration gagnant-gagnant».