Selon la dernière enquête nationale sur l’emploi du temps réalisée par le HCP, les marocains réduisent de près de 23% le temps consacré à leur travail professionnel. Cette réduction est de 1h12mn pour les hommes et de 19mn pour les femmes. En contrepartie, le temps consacré aux courses ménagères et aux activités domestiques s’allonge par rapport aux périodes normales, particulièrement dans les villes et chez les femmes (+47 minutes).

Les habitudes de consommation des ménages changent, également, au cours du mois sacré. D’après la dernière enquête sur les dépenses de consommation des ménages, réalisée par le HCP en 2013/2014, la dépense de consommation par ménage s’apprécie de 16,3%, en moyenne, durant le mois sacré de Ramadan. Près de 82% de cette hausse est attribuable aux dépenses alimentaires. Les ménages dépensent, en moyenne, plus d’un tiers de plus en alimentation (+37%) en comparaison aux autres mois de l’année.

Cette augmentation de la dépense alimentaire touche toutes les catégories de la population et s’accroît au fur et à mesure que l’on avance dans l’échelle du niveau de vie (varie de 22,5% à plus de 40% entre les deux classes sociales extrêmes). Les produits qui contribuent le plus à cette dépense supplémentaire sont les fruits (+163%), les viandes (+35%), les céréales (+35%), le lait et les produits laitiers (+47%).

La dépense en produits non alimentaires augmente, quant à elle, de 4,6%, tirée notamment par la hausse de 20% des dépenses de “transport et communication” et de +3,7% des dépenses de l'” habitat et énergie”. En revanche, la dépense d’habillement baisse de 13%, en moyenne, durant ce mois sacré, notamment en milieu rural (-17,3%).