La situation du secteur touristique à Marrakech, touché de plein fouet par la crise induite par la propagation de la pandémie de la Covid-19, a été au cœur d’une réunion, vendredi dans la cité ocre, de la ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Economie sociale, Nadia Fettah Alaoui, avec les professionnels. Dans une déclaration à la presse à l’issue de cette réunion tenue en présence du Wali de la région de Marrakech-Safi, Karim Kassi-Lahlou, la ministre a affirmé que la ville de Marrakech, en tant que destination touristique par excellence aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale, a “énormément souffert” en raison des conséquences de cette crise sanitaire qui dure encore.
Les travaux de cette rencontre, tenue avec tous les professionnels et les autorités locales, ont porté sur plusieurs thématiques, dont les plus importantes ont trait au contrat-programme dont a bénéficié ce secteur depuis début août dernier, a-t-elle précisé.
Et Fettah Alaoui de poursuivre qu’il s’agissait surtout lors de cette réunion d'”expliquer et de réexpliquer” les mesures et d’être à l’écoute des professionnels et de certains secteurs qui ont des difficultés à les appliquer ou à en bénéficier”.
“Nous avons, avec une touche d’optimisme, travaillé aussi sur un plan de relance du tourisme, préparé de façon disciplinée et rigoureuse, mais toujours la main dans la main avec l’ensemble des parties prenantes, les professionnels, le ministère de tutelle et surtout les autorités locales”, a-t-elle conclu.
Ouvrant les travaux de cette réunion, Kassi-Lahlou a, de son côté, expliqué que cette rencontre intervient dans le cadre des efforts soutenus déployés en faveur d’une nouvelle relance, solide et dans la bonne direction de l’activité touristique à la lumière de la situation qui prévaut dans la cité ocre et la région.
Il a, dans la foulée, mis en avant le travail intense mené pour faire face à cette situation à laquelle est confronté le secteur, ainsi que la communication permanente avec la ministre depuis le déclenchement de cette crise sanitaire.
Les différentes parties prenantes ont conjugué leurs efforts pour se doter d’une stratégie et d’un plan d’action afin de sortir de cette crise, soulignant que Marrakech a été en avant-garde en procédant à la mise en place, depuis des mois, d’une feuille de route pour faire face à cette situation inédite.
Pour sa part, le président du Conseil régional du Tourisme de Marrakech-Safi, Hamid Bentahar, a fait savoir que depuis le début de cette crise, “nous travaillons la main dans la main pour la protection des emplois qui était le premier objectif”.
Cette réunion “nous a permis d’évoquer le contrat-programme signé avec la Confédération Nationale du Tourisme (CNT) et qui commence à donner lieu aux premières mesures concrètes comme celle relative à la CNSS, à titre d’exemple”, a-t-il noté, relevant l’existence d’autres mesures et dispositifs ayant trait également à tout ce qui est à caractère bancaire et fiscal.
“Toutes ces mesures sont en train d’être mises en oeuvre au fur et à mesure”, a-t-il enchaîné, affirmant que le but de cette réunion a été d’aborder ce sujet concret qui constitue une première étape dans le programme de protection des emplois.
“Nous avons aussi abordé des questions relatives à la relance et aux différentes pistes et solutions à même de permettre, très vite, de préparer, d’abord, une réouverture des frontières, qui demeure l’une des attentes très importantes exprimées par les professionnels”, a indiqué Bentahar.
“Nous sommes en train de travailler la main dans la main pour nous préparer à cette relance ô combien attendue par l’ensemble des professionnels”, a-t-il soutenu.
Un Contrat-programme pour la relance du secteur touristique, couvrant la période 2020-2022, a été signé, en août dernier à Rabat, dans le but de soutenir et relancer le secteur dans la phase post Covid-19.
Signé en marge de la 9ème réunion du Comité de veille économique (CVE), ce contrat-programme, qui comprend un ensemble de mesures d’accompagnement en faveur de ce secteur clé de l’économie nationale, ambitionne de donner une forte impulsion au secteur et d’insuffler une nouvelle dynamique pour accompagner sa relance, sa transformation et la diversification de sa chaîne de valeur.
Ce contrat programme, qui vise à contractualiser les engagements réciproques du secteur public et du secteur privé, a été conclu, d’une part, par l’Etat représenté par le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, le ministère du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport Aérien et de l’Economie Sociale, le ministère du Travail et de l’Insertion Professionnelle et, d’autre part, par le secteur privé représenté par la Confédération Nationale du Tourisme (CNT) et le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM).