Infomédiaire Maroc – La réunion de l’Initiative maroco-américaine sur le Terrorisme Domestique, consacrée à la finalisation du Document de bonnes pratiques de Rabat-Washington sur la prévention, la détection, l’intervention et la réponse au terrorisme domestique, s’est ouverte ce lundi à Rabat.

Cette initiative, lancée sous les auspices du Forum mondial de lutte contre le terrorisme (GCFTF), est conduite par le Royaume du Maroc et les Etats-Unis, en collaboration avec l’Institut international pour la Justice et l’Etat de droit (IIJ), indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale.

Elle vise à identifier les outils et les mesures nécessaires pour une meilleure coordination et coopération entre les départements gouvernementaux et les acteurs non-gouvernementaux concernés, en vue de détecter, intervenir et déjouer les attaques menées par des individus dans leur pays d’origine ou de résidence, dirigés ou inspirés par des groupes terroristes étrangers.

La réunion de Rabat vient couronner un processus entamé en 2017, marqué par la tenue d’une réunion inaugurale, en novembre 2017, et de 2 ateliers d’experts au cours du 1er trimestre de 2018, portant respectivement sur “le rôle de la société civile et des forces d’application de la loi” et “les approches de la justice pénale pour la prévention, la détection et la réponses au terrorisme domestique”, fait savoir la même source.

La réunion de Rabat a pour objectif de permettre aux membres du GCTF et quelques partenaires non-membres de passer en revue et de discuter les bonnes pratiques identifiées au cours des précédentes activités de cette Initiative, ajoute le communiqué, soulignant que le document de bonnes pratiques finalisé sera soumis pour adoption lors de la prochaine Réunion ministérielle du GCTF, prévue à New York, en septembre 2018.

Le GCTF, co-présidé depuis 2016 par le Maroc et les Pays-Bas, est composé de 30 membres en plus d’Etats et d’organisation partenaires, dont l’ONU. Il réunit régulièrement des décideurs et des experts dans les domaines de lutte contre le terrorisme.

Ses activités s’articulent autour de cinq groupes de travail portant sur la lutte contre l’extrémisme violent, les combattants terroristes étrangers, la justice pénale et l’Etat de droit, le renforcement des capacités en Afrique de l’Ouest et en Afrique de l’Est.

Rédaction Infomédiaire