Le FBI et l’Agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA) ont publié mercredi une alerte conjointe avertissant que des acteurs affiliés au Parti communiste chinois ciblent les institutions américaines pour les données et la propriété intellectuelle liées à la recherche sur le coronavirus.

Le FBI a indiqué qu’il enquêtait sur des violations potentielles de données et a averti que le vol des recherches pourrait compromettre “la fourniture d’options de traitement sécurisées, efficaces et efficientes” pour le coronavirus.

“Le FBI et la CISA exhortent toutes les organisations menant des recherches dans ces domaines à maintenir des pratiques en matière de cybersécurité et de menaces internes afin d’empêcher la révision clandestine ou le vol de matériel lié au COVID-19”, soulignent les deux agences dans un communiqué.

Le FBI et la CISA ont recommandé notamment que les instituts de recherche “corrigent tous les systèmes pour les vulnérabilités critiques, en priorisant la correction en temps opportun pour les vulnérabilités connues des serveurs connectés à Internet et des logiciels de traitement des données Internet”.

Les agences ont exhorté les institutions à identifier les accès non autorisés, les modifications ou les activités anormales et à améliorer les exigences en matière de justificatifs internes pour accéder à la recherche.

Ils ont également averti que l’attention accrue des médias sur la recherche sur le virus effectuée par une organisation spécifique entraînera une “cyberactivité” accrue.

L’avertissement du FBI et de la CISA intervient au milieu d’une escalade des tensions entre les États-Unis et la Chine, Washington accusant Pékin d’avoir freiné les efforts internationaux pour enquêter sur les origines du coronavirus, selon le Wall Street Journal.