Pour la première fois depuis la création du District de Columbia il y a 230 ans, la Chambre des représentants américaine a voté, vendredi, pour déclarer la ville de Washington comme 51ème Etat du pays, une étape législative qui, selon les partisans, commence à réparer des torts historiques dont été victimes les habitants de la capitale fédérale.

Le vote à 232 contre 180 intervient alors que les États-Unis sont aux prises avec un racisme systémique qui, selon les responsables du district, a conduit à la privation des droits des 700.000 habitants de la capitale fédérale américaine.

La mairesse démocrate de D.C., Muriel E. Bowser, qui regardait les débats depuis un restaurant du Southwest Waterfront, a agité ses mains au-dessus de sa tête pour célébrer le projet de loi, selon une vidéo tweetée par son bureau.

“Le pouvoir ne concède rien sans une demande. Et le statut d’État est notre exigence”, a déclaré Bowser dans un communiqué.

Bien que la capitale abrite le siège des deux chambres du Congrès, les Américains qui habitent Washington n’y ont pas d’élus. Pour corriger ce tort, les Washingtoniens exhibent le slogan “Taxation without representation” sur les plaques de voitures pour montrer que bien qu’ils paient des impôts, ils ne sont pas représentés au sein de l’appareil fédéral américain.

“Je suis né sans représentation, mais je le jure – je ne mourrai pas sans représentation. Ensemble, nous atteindrons le statut d’État de DC, et lorsque nous le ferons, nous nous souviendrons de cette journée et nous souviendrons de tous ceux qui étaient avec nous du bon côté de l’histoire”, a ajouté la mairesse de Washington.

Le projet de loi avait été porté par 227 membres de la Chambre, majoritairement des démocrates, plus que suffisant pour passer, et 40 au Sénat – tous démocrates.

La Maison Blanche a confirmé ce jeudi qu’elle s’opposait à un Etat, et le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a déclaré qu’il ne soumettrait pas la législation à un vote dans sa chambre républicaine majoritaire.

Washington a été créée à la suite de la signature du Residence Act en 1790, qui prévoit la création d’une capitale fédérale. Elle est fondée en janvier 1791, sur les rives du fleuve Potomac, à proximité des villes de Georgetown et d’Alexandria et nommée en hommage au premier président des États-Unis, George Washington.

En 2016, plus de 85% des résidents de Washington se sont prononcés pour le changement de statut dans le cadre d’un référendum. À l’échelle du pays, cependant, quelque 64 % des Américains s’opposent à l’idée, selon un sondage Gallup en 2019.

Depuis l’adoption du 23ème amendement de la Constitution en 1963, les plus de 700.000 résidents de Washington peuvent se prononcer sur le choix du président et du vice-président. Mais à la Chambre des représentants, l’unique représentante qui parle en leur nom joue plutôt un rôle d’observatrice et n’a pas le pouvoir de voter.

Le projet de loi accorderait au D.C. deux sénateurs et ferait de la seule représentante actuelle à la Chambre un membre votant.