Le conseil de gouvernement, réuni ce jeudi, a adopté le projet de décret relatif à la création de la zone franche Tanger Tech. Présenté par le ministre de l’Industrie, de l’investissement et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, ce projet s’inscrit dans le cadre de l’achèvement des travaux de réalisation du projet “la Cité Mohammed VI Tanger Tech”, lancé à l’occasion de la visite du Roi Mohammed VI en Chine en mai 2016.

Il s’agit d’une ville industrielle intégrée, durable et intelligente qui sera construite sur une superficie totale de 2 167 hectares et qui comprendra des zones industrielles et de services, des complexes résidentiels, ainsi que tous les services publics et privés nécessaires à l’animation d’un pôle urbain.

Deux mémorandums d’entente visant la réalisation de ce nouveau pôle économique ont été signés sous la présidence du Roi Mohammed VI lors de sa visite en Chine en mai 2016 et à Tanger le 20 mars 2017.

Ce projet de décret, qui vise à créer la zone franche Tanger Tech en vue de mettre en place un pôle industriel soumis au régime des zones franches, répondra aux attentes et aux exigences des investisseurs industriels marocains et internationaux, tout en renforçant les résultats du plan d’accélération du développement industriel.

Cette zone, qui sera construite sur 467,91 hectares dans la commune Al-Aouama relevant de la province de Tanger-Asilah, ciblera les entreprises actives dans les secteurs de l’industrie automobile et aéronautique, les énergies renouvelables, l’industrie du cuir et du textile, les industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques, outre l’industrie plastique, l’agro-alimentaire, les industries chimiques et semi-chimiques et l’industrie des matériaux de construction.

Ce projet de décret a été soumis à la commission nationale des zones franches qui l’a examiné et adopté lors de sa réunion du 14 mars 2019, conformément aux dispositions de l’article 1 du décret N° 2-95-562 du 19 Rajab 1416 (12 décembre 1995) portant application de la loi N° 19.94 sur les zones franches, a-t-il conclu.

IM