Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « escroquerie en bande organisée » et pour « corruption sportive active et passive », en raison de soupçons de match truqué à Roland-Garros, rapportent mardi les médias locaux.

L’enquête a été ouverte le 1er octobre après que des paris anormaux ont été enregistrés lors d’un double féminin ayant opposé le 30 septembre les Roumaines Andrea Mitu et Patricia Maria Tig et les joueuses russe Yana Sizikova et américaine Madison Brengle, lors du premier tour du tournoi de tennis de Roland-Garros.

Cela concerne plus particulièrement le cinquième jeu du deuxième set, un jeu blanc remporté par le duo roumain après deux doubles fautes de la russe Sizikova, 25 ans et 89e mondiale, au service.

Un volume anormal de paris aurait été enregistré sur ce jeu de service où les mises atteindraient plusieurs centaines de milliers d’euros.

Selon le journal sportif l’Équipe, « d’importantes sommes ont été misées sur le gain de ce jeu par les Roumaines auprès de plusieurs opérateurs de Paris, dans différents pays ».

Le tennis et les tournois de second plan sont particulièrement touchés par les manipulations de match en lien avec des paris.