L’Union marocaine du travail (UMT) a favorablement accueilli, mardi, les décisions du gouvernement portant sur la gestion du reste de l’année scolaire, perturbée par la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19).

Dans une déclaration, le secrétaire général de la Fédération nationale de l’enseignement (FNE/UMT), Miloud Mouâssid, a indiqué que son organisation salue les décisions annoncées, dans la journée, par le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Said Amzazi, qui “s’est employé, ainsi, à faire la synthèse des données émanant des différents intervenants”.

Ces mesures, a-t-il dit, “convergent avec les propositions que nous avons formulées”, notamment le parachèvement de la saison pour éviter l’année blanche, la tenue des examens certifiants en juillet et septembre, l’adoption des notes des contrôles continus pour les autres niveaux, la préservation de l’égalité des chances, outre la prise en considération du volet de prévention aussi bien pour les apprenants que les professeurs.

Le secrétaire général de la FNE s’est réjoui de l’hommage appuyé adressé, au cours de la séance hebdomadaire de la Chambre des conseillers, par le ministre aux femmes et aux hommes de l’enseignement, considérant que “c’est une très bonne chose”.

“Au tout début de l’opération de l’enseignement à distance, nous avons appelés nos militants et l’ensemble des enseignants à adhérer, sans concession et en toute abnégation, à cette épopée nationale, à consentir des sacrifices et à s’appuyer sur leurs propres moyens. Ce qui fut fait, en dépit des difficultés”, s’est-il encore félicité.

Pour rappel, devant les membres de la deuxième Chambre, Amzazi a annoncé que les élèves ne retourneront en classe qu’en septembre prochain, avec le maintien, toutefois, des épreuves du baccalauréat.

L’examen national du baccalauréat (2ème année) sera organisé en juillet et l’examen régional (1ère année) aura lieu en septembre, sachant que les épreuves porteront seulement sur les cours dispensés avant le 14 mars 2020, date de la suspension de l’enseignement présentiel à cause de la pandémie.