Le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, s’est félicité jeudi du succès qui a entouré l’organisation de la session ordinaire du Baccalauréat, assurant que le Maroc a gagné le pari de tenir un examen présentiel en ces temps difficiles.

 

Intervenant lors du conseil de gouvernement, El Otmani a relevé que “le Maroc est parvenu, dans le cadre d’une mobilisation globale et contrairement à plusieurs pays, à gagner le pari d’organiser un examen présentiel en ces temps difficiles en total respect des mesures sanitaires nécessaires”, a indiqué le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi qui donnait lecture à un communiqué à l’issue du Conseil.

 

El Otmani a souligné que l’examen du Bac “a connu une mobilisation totale”, ajoutant que “c’est ça le Maroc qui, si toutes ses composantes sont mobilisées avec nationalisme et spontanéité, réussit, excelle, résiste et relève les défis”.

 

Selon le chef du gouvernement, les résultats sont positifs avec un taux de réussite dépassant 63%, dont 52% des admissions avec mention, notant que ces résultats sont meilleurs que ce qui a été enregistré ces dernières années.

 

El Otmani a félicité les candidats admis et leurs familles pour cette réussite méritée en cette année de difficultés consécutives à la pandémie de coronavirus, saluant leur persévérance et les efforts qu’ils ont consentis à domicile et à travers les dispositifs de télé-enseignement. Le chef du gouvernement a ensuite exprimé ses remerciements à toutes les parties ayant contribué au succès de l’examen du Baccalauréat, dont les départements ministériels et à leur tête le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

 

Il a également loué les efforts du ministère de l’Intérieur qui a mobilisé les autorités locales et sécuritaires, du ministère de la Santé, celui de la Jeunesse et des Sports ainsi que les collectivités territoriales qui ont dédié leurs structures respectives à l’organisation de l’examen.