Bank Al-Maghrib (BAM) a lancé, jeudi, le service de centralisation des chèques irréguliers (SCCI), dont la gestion est déléguée à la société Checkinfo, visant à contribuer à l’amélioration du climat des affaires en renforçant la crédibilité du chèque.

“Le nouveau SCCI s’inscrit dans le cadre des initiatives entreprises par la Banque centrale pour renforcer la crédibilité du chèque et contribuer, in fine, à l’amélioration du climat des affaires”, a affirmé Khalid Zbir, responsable de la direction réseau et présence place à BAM, lors d’un point de presse tenu, à cet effet, en mode vidéoconférence.

S’ajoutant au dispositif actuel (le service de centralisation des incidents de paiement sur chèques), le SCCI, qui a pour objectif de protéger les utilisateurs de chèques, offre aux commerçants et aux entreprises la possibilité de s’assurer de la régularité des chèques présentés pour le règlement des transactions, a-t-il précisé. Expliquant la notion d’irrégularité des chèques, Zbir a soulevé qu’un chèque peut changer de statut pour basculer dans l’irrégularité lorsqu’il est référencé à un compte qui a subi la clôture ou frappé d’indisponibilité (gèle ou saisi sur compte) ou émis par des personnes interdites d’émettre des chèques.

Cette catégorie de chèque, a-t-il poursuivi, couvre aussi ceux déclarés par les banques en tant que falsifiés, frauduleux ou ayant fait l’objet d’opposition suite à un vol ou une perte.

Et de soutenir: “Pour répertorier tous ces évènements qui marquent la vie d’un chèque et déployer une plateforme appropriée permettant à la fois aux banques de déclarer ces données et de les soumettre sous le format le plus approprié aux usagers, un long chemin a été parcouru”.

Les premiers pas dans ce chantier, a dit Zbir, ont été initiés quand la Banque avait intégré dans la dernière loi bancaire, adoptée par le pouvoir législatif en 2015, le nouveau service relatif à la centralisation des chèques irréguliers. Par la suite, une circulaire de BAM a été publiée pour arrêter les modalités de collecte de ces données auprès du système bancaire.

“Depuis, Bank Al-Maghrib a déclenché le processus de mise en place d’une délégation pour la gestion de ce service. Cette phase a été lancée avec la publication d’un appel d’offre à l’international et s’est soldée par l’adjudication de ce nouveau service au groupe ‘Créditinfo’ après la création de la filiale ‘Checkinfo’, société de droit marocain qui se chargera de la promotion de ce service. Un cadre conventionnel a été finalisé en 2018”, a-t-il ajouté.

Zbir a, dans ce sens, rappelé que Checkinfo a commencé, en septembre 2019, l’exécution de son programme d’investissement convenu dans le cadre de la convention le liant à BAM. “Les travaux de ce projet qui intègre toute la place ont abouti, au terme de 2020, à la mise en place de la plateforme technique à la centralisation des données sous-jacentes à ce nouveau service et au déploiement des dispositifs nécessaires pour sa gestion et sa commercialisation”.

Il a également noté que, depuis le début de l’année, les équipes de BAM et de Checkinfo ont entamé la finalisation du cadre procédural pour le fonctionnement de ce service et le test de ses différentes composantes avec un échantillon d’usagers.

“Après l’obtention du visa de la Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP), synonyme du respect des traitements prévus dans le cadre de ce service des dispositions relatives à la loi sur la protection des données personnelles, BAM a décidé d’ouvrir cette centrale au usagers, commerçants et entreprises, à partir d’aujourd’hui”, a souligné Zbir.

De son côté, Sidimohamed Abouchikhi, président du conseil d’administration de Checkinfo, délégataire de la BAM pour la gestion du SCCI, a indiqué que la société permet de vérifier instantanément la régularité d’un chèque et ainsi réduire considérablement le risque de non-paiement. “Lors de la vérification, Checkinfo fournit une réponse claire quant à la régularité du chèque, ce qui permet ensuite à l’usager de prendre la décision de l’accepter ou de le rejeter”.

Chèque émis sur un compte clôturé, chèque frauduleux ou falsifié, interdit bancaire, chèque émis sur un compte frappé d’indisponibilité, opposition sur chèque pour perte ou vol, ou interdiction judiciaire, sont les raisons d’irrégularité d’un chèque qui sont répertoriés au niveau du SCCI, a-t-il détaillé. “Ces données, qui sont collectées auprès des banques de la place, nous permettent de développer ce service et d’offrir un service aux commerçants, aux entreprises et aux entrepreneurs individuels pour pouvoir vérifier la régularité des chèques”, a expliqué M. Abouchikhi.

Pour ce qui est des avantages de ce service, il a cité l’amélioration de la relation entre le commerçant et son client, la réduction des coûts de traitement du cash, la diminution du risque d’impayés , la conformité quant à l’acceptation du chèque et la réduction de la détention de la liquidité et des risques inhérents.

Le SCCI se base sur les données collectées quotidiennement auprès du système bancaire. Celles-ci couvrent aussi bien les événements qui peuvent survenir durant la vie d’un chèque, comme l’interdiction bancaire ou judiciaire, l’opposition et la falsification, que ceux concernant les comptes bancaires, à l’instar de l’indisponibilité ou la clôture. Ces informations ont été utilisées pour développer des services accessibles aux usagers en ligne, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, à partir du site du délégataire ou d’une application mobile dédiée “Checkinfo”.

Ce service offre aujourd’hui à ses usagers la possibilité de s’assurer de la régularité des chèques reçus et sera enrichis par la suite par d’autres produits, notamment le blocage en ligne de provisions. Dans le même sens, les canaux de consultation seront étendus à des lecteurs automatiques de chèques et aux Terminaux de Paiement Electronique (TPE) adaptés.

Pour répondre aux interrogations des usagers, le délégataire de ce service a mis en place un site web accessible à l’adresse “www.checkinfo.ma” et un Centre de relation clientèle joignable par téléphone au numéro 0802000033.