Afin de démontrer la capacité des opérateurs du secteur à réaliser des événements malgré le contexte Covid-19, le GPPEM a organisé le mardi 6 octobre à Casablanca, en partenariat avec Bureau Veritas et Hyatt Regency, la simulation d’un événement dans des conditions réelles. Un exercice dont l’objectif étant d’exhorter le ministère de la santé et celui de l’intérieur à valider le protocole sanitaire dédié à l’événementiel, élaboré dès juillet, en collaboration avec Bureau Veritas, le Ministère de l’industrie et Imanor. L’autorisation d’événements de 50 à 100 personnes reste aujourd’hui l’unique solution qui pourrait sortir les opérateurs de l’événementiel de l’agonie qui les frappe, et leur éviter ainsi la perte de plus de 100 milles emplois.

S’il existe un secteur à l’arrêt depuis plus de 7 mois au Maroc, c’est bien celui de l’industrie de l’événementiel. Trois semaines avant l’annonce de l’interdiction des rassemblements de tous genres (Décret-loi n°2-20-293 du 24 mars 2020), les opérateurs de l’événementiel recevaient déjà les premières annulations. Une grave crise s’annonçait pour le secteur.

Le comité de veille Covid-19 du GPPEM savait que la crise engendrée par le Corona Virus allait terrasser le secteur de l’événementiel. Il n’a alors cessé de travailler en étroite collaboration avec différents responsables pour atténuer les effets de cette grave crise. “Après le plan de relance et le guide de relance, la validation du protocole sanitaire du GPPEM, par le Ministère de la santé et celui de l’intérieur, reste aujourd’hui l’unique issue qui permettrait la reprise des événements de 50 à 100 personnes“, explique le président du GPPEM Aziz Bouslamti.

En effet, malgré le contrat programme portant sur la relance du secteur de l’événementiel signé lundi 5 octobre lors de la 10ème réunion du CVE, la reprise des activités du secteur de l’industrie de l’événementiel, qui n’a toujours pas été autorisée, reste vitale pour le secteur. Le bureau du GPPEM remercie le Ministre de l’industrie qui l’a accompagné et a œuvré pour aboutir audit contrat. Il remercie également et le président de la CGEM pour l’avoir soutenu. Néanmoins, sans une reprise rapide de l’événementiel, le secteur risque de disparaitre et, avec, plus de 100 milles emplois. Ce sont également 25 années d’une expertise qui a engendré un capital immatériel inestimable que le Maroc perdra.

Aujourd’hui l’événement simulé par le GPPEM n’est point une simple action de communication, mais un SOS lancé aux autorités, particulièrement les ministères de la santé et de l’intérieur, pour les sensibiliser au danger qui guette le secteur de l’industrie de l’événementiel, s’ils ne valident pas le protocole sanitaire du GPPEM.

Rappelons que le GPPEM, représentant majeur du secteur de l’industrie de l’événementiel, a depuis mars élaboré un plan d’actions afin d’accompagner les opérateurs dudit secteur durant cette crise. Appel au soutien des salariés, élaboration de la première étude du secteur au Maroc, plan de relance, guide de relance, protocole sanitaire, demande de structuration du secteur, rencontres avec différents représentants du gouvernement… le comité de veille Covid-19 du GPPEM n’a cessé d’œuvrer pour sortir le secteur de la crise.

A PROPOS DU GPPEM :

Le Groupement Professionnel des Prestataires de l’Evénementiel au Maroc (GPPEM), représentant majeur du secteur, est une association qui regroupe les sociétés et les auto-entrepreneurs qui composent l’Industrie et Services de l’Evénementiel (ISE) : agences conseils, agences organisatrices déléguées, prestataires, professionnels…

Le GPPEM a pour objectif de défendre les intérêts des adhérents de l’association, le développement de leurs capacités professionnelles et, en général, mener toutes les activités juridiques, économiques et financières directement ou indirectement liées au domaine d’activité de l’association et visant à atteindre ses objectifs et son développement.

Le GPPEM regroupe les professionnels de l’événementiel de plusieurs villes du Royaume du Maroc : Agadir, Berkane, Casablanca, Fès, Laâyoune, Marrakech, Meknès, Mohammedia, Oujda, Rabat, Salé, Tanger, Tantan, Témara…