Le ministre de l’Energie, des mines et de l’environnement, Aziz Rabbah, a mis l’accent, lundi à Rabat, sur le rôle des investissements dans le secteur des carburants pour assurer la sécurité énergétique du Royaume.

 

Intervenant lors de la réunion de la Commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement à la Chambre des représentants, consacrée aux “Répercussions de la chute brutale des cours de pétrole brute sur les marchés internationaux et en début de 2020 sur les prix des produits énergétiques dans le marché national et les mesures adoptées au niveau du stockage et de l’approvisionnement en carburants et gaz”, Rabbah a fait savoir que le secteur des carburants, suite à la crise sanitaire de COVID-19, connait à l’échelle mondiale une hausse de l’offre d’environ 10 millions de barils par jour, entraînant une augmentation du réserve mondial de 30% depuis l’entrée en vigueur du confinement dans les différents pays du monde.

 

Ces multiples facteurs ont entraîné une baisse significative du prix du brut Brent, depuis fin décembre 2019, en raison de l’offre abondante, de la carence de la demande et de l’emplissage des stocks de réserves, indique le responsable cité dans un communiqué du ministère.

 

Il a, dans ce sens, souligné que la consommation du carburant au niveau national a connu un taux de croissance annuel estimé à 3% au cours de la dernière décennie afin de s’établir à 11,31 millions de tonnes à la fin de 2019, notant que le Royaume est l’un des plus grands consommateurs de gaz butane au niveau individuel dans le monde