La première réunion de la Commission nationale des changements climatiques et de la diversité biologique s’est tenue virtuellement, mercredi, sous la présidence du ministre de l’Energie, des mines et de l’environnement, Aziz Rabbah.

Cette réunion a été consacrée à l’examen du règlement intérieur de la commission et à la discussion de la version révisée de la contribution déterminée au niveau national au titre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), indique un communiqué du ministère.

Au cours de la réunion, le ministre s’est félicité de l’institutionnalisation de cette commission nationale qui vient renforcer le cadre de gouvernance nationale en matière de changement climatique et de biodiversité. « Il s’agit d’une commission qui est appelée à jouer un rôle important en tant que plateforme d’échange, de concertation et de suivi de la mise en œuvre de notre politique dans ces domaines, a-t-il souligné.

Rabbah a également relevé que « la mise en place de cette commission vient à un moment où le Maroc connait une dynamique réelle en matière d’environnement et de changement climatique, reconnue à l’international comme en témoigne le dernier rapport de l’indice de performance climatique de 2021, publié récemment par des ONG indépendantes et qui classe le Royaume dans les 10 premiers pays les plus performants en matière de lutte contre le changement climatique ».

« Cette commission sera sollicitée périodiquement sur plusieurs sujets en relation avec le changement climatique et la biodiversité », a-t-il dit, appelant à établir un plan de travail pour son action future et à une forte adhésion de tous les membres de la commission afin d’atteindre les objectifs qui lui ont été assignés.

Ont pris part à cette réunion les membres de la commission représentant les départements ministériels concernés, les établissements publics, les institutions de recherche ainsi que la société civile

La commission nationale des changements climatiques et de la diversité biologique, créée par décret, est un organe de concertation et de coordination pour la mise en œuvre de la politique nationale relative à la lutte contre le changement climatique et la préservation de la diversité biologique. Elle est composée des représentants des autorités gouvernementales, des établissements publics et des institutions de recherche concernées ainsi que de trois représentants d’organisations de la société civile les plus représentatives, œuvrant dans le domaine des changements climatiques ou de la diversité biologique.

Elle comprend deux sous-commissions, à savoir la sous-commission des changements climatiques et la sous-commission de la diversité biologique, présidées par l’autorité gouvernementale chargée de l’environnement.