Le Premier ministre portugais, Antonio Costa, a annoncé mercredi un nouveau confinement généralisé à partir de vendredi pour freiner l’épidémie de Covid-19, qui a atteint de nouveaux records dans le pays.


Les nouvelles restrictions sanitaires correspondront “essentiellement” à celles qui avaient été en vigueur en mars et avril, mais cette fois les écoles resteront ouvertes, de même que les tribunaux ou les églises, a-t-il précisé à l’issue d’un conseil des ministres extraordinaire.

“La règle est simple: chacun d’entre nous doit rester à la maison”, a souligné le chef du gouvernement socialiste, confirmant ainsi la fermeture des commerces non essentiels, des cafés et des restaurants.


Exceptionnellement, les électeurs pourront aller voter au premier tour de l’élection présidentielle du 24 janvier. Ceux qui le souhaitent pourront même le faire de manière anticipée dès ce dimanche.


En revanche, les autorités exigeront désormais un test négatif au Covid-19 pour les passagers débarquant dans les aéroports du pays, avait indiqué un peu plus tôt le ministre des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva.


Pour endiguer la deuxième vague de la pandémie, les autorités portugaises avaient imposé dès novembre des confinements partiels et des couvre-feux dans les régions les plus touchées.


Mais, après un allègement de ces restrictions pour les fêtes de Noël, la transmission du virus s’est accélérée, et ce pays de dix millions d’habitants a atteint mercredi de nouveaux records, avec 156 morts et 10.556 cas détectés en une seule journée.


“Nous vivons simultanément le moment le plus dangereux mais aussi celui du plus grand espoir”, a déclaré le Premier ministre en faisant allusion au lourd bilan de la pandémie et à la campagne de vaccination lancée fin décembre à travers l’Europe.