Le ministre de la Santé Khalid Ait Taleb a plaidé pour l’adoption d’une politique pharmaceutique à part entière, dans l’optique d’un approvisionnement optimal permettant d’éviter les pertes de médicaments et de mieux répondre aux exigences en la matière. Intervenant à la Chambre des représentants sur “la problématique de mauvaise gestion des stocks de médicaments”, présentée par le groupe du Parti Authenticité et Modernité (PAM), le responsable a reconnu qu’en l’état actuel des choses, la politique d’acquisition des médicaments ne répond pas aux besoins des citoyens.

“Le stock de médicaments au Maroc est conforme aux normes internationales de qualité”, a fait observer le ministre, relevant toutefois que “des lacunes subsistent en termes de manque de moyens logistiques pour la gestion et la distribution des médicaments aux endroits requis et dans le respect des délais impartis”.

Dans ce contexte, il a précisé que les déséquilibres constatés en matière de distribution de médicaments sont liés avant tout à l’acquisition des médicaments, particulièrement lorsque les crédits alloués ne suffisent pas pour l’approvisionnement d’un certain nombre de lieux dans des délais précis.

Le ministère de la Santé, a-t-il indiqué, a d’ores et déjà pris un certain nombre de mesures, y compris par le bais de l’amendement des accords-cadres et des crédits de paiements et des engagements, favorisant ainsi une meilleure flexibilité dans l’achat des médicaments et leur distribution en temps voulu.

Ait Taleb a d’autre part assuré que pour éviter tout monopole, le médicament Levothyrox de l’hypothyroïdie et le traitement de la tuberculose sont disponibles sur demande dans les hôpitaux, tout en soulignant la nécessité de régir l’acquisition des médicaments par des accords