Infomediaire Maroc – La compagnie aérienne Kenya Airways (KQ) a annoncé jeudi sa décision de réduire le nombre de ses vols sur la nouvelle ligne Nairobi-New York de sept à cinq par semaine à compter du 15 janvier.

“Kenya Airways annonce aujourd’hui qu’elle modifiait le calendrier de sa liaison Nairobi-New York à 5 vols par semaine à compter du 15 janvier 2019. Actuellement, la compagnie aérienne assure quotidiennement cette liaison”, indique le transporteur dans un communiqué. La compagnie aérienne nationale a précisé que ses vols directs à destination des Etats-Unis seraient désormais organisés les mardi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche de chaque semaine.

Dans un communiqué, le directeur général de la compagnie, Sebastian Mikosz, a déclaré que bien que la décision d’ajuster la fréquence soit une décision commerciale stratégique, la compagnie aérienne reste fermement attachée à cette liaison et continuera à offrir des services sans escale à tous ses clients voyageant entre les deux pays. “En tant que seule compagnie aérienne à proposer un vol sans escale entre l’Afrique de l’Est et les États-Unis, cette liaison reste importante pour nous en raison du rôle qu’elle joue pour ouvrir davantage de possibilités de croissance économique et touristique pour le Kenya et l’Afrique de l’Est”, a-t-il soutenu.

Le premier vol direct inaugural entre le Kenya et les États-Unis a été lancé le 28 octobre par le président kényan Uhuru Kenyatta. L’administration de l’aviation civile aux États-Unis (FAA) avait annoncé, il y a des mois, que le Kenya respectait désormais les normes de sécurité internationales et qu’elle y autorisait donc des vols directs vers les Etats-Unis.

Cette décision était attendue depuis une décennie par des compagnies américaines comme Delta Air Lines ou encore Kenya Airways.

Dans un communiqué, la FAA avait notifié que le Kenya avait reçu sa classification en catégorie 1 en vertu du programme d’évaluation de la sécurité aérienne internationale de l’agence, ce qui permettra aux compagnies aériennes notamment du Kenya, comme Kenya Airways, de pouvoir réaliser des liaisons aériennes directes vers les Etats-Unis. Jusqu’à maintenant, les vols des États-Unis vers le Kenya ou inversement étaient seulement autorisés à transiter par l’Europe, soit par le Cap-Vert, l’Ethiopie, le Nigeria ou l’Afrique du Sud, les quatre seuls pays d’Afrique classés en catégorie 1.

Le gouvernement kényan qui possède 29,7 % de Kenya Airways, a récemment terminé la construction d’un nouveau terminal (qui avait été détruit suite à un violent incendie en 2013) et prévoit d’investir encore davantage sur l’aéroport Jomo Kenyatta de Nairobi.

Le lancement de vols directs entre les deux pays faisait partie d’un ensemble de mesures annoncées lors de la visite de l’ancien président Barack Obama au Kenya en juillet 2015.

Rédaction Infomediaire.