La cérémonie de clôture de la 17e édition de Jazzablanca a été marquée par une programmation intergénérationnelle d’artistes talentueux, confirmant le succès d’un festival fédérateur et créateur d’émotions.

Selon un communiqué des organisateurs, cette 17e édition a ainsi marqué une nouvelle étape dans la maturité de Jazzablanca, festival emblématique de la Métropole.

Tout au long des trois soirées à guichet fermé, ajoute-t-on de même source, Anfa Park et la Place des Nations-Unies ont retrouvé l’accueil chaleureux de leur public désireux de s’évader au rythme de propositions musicales audacieuses, à travers Jazzablanca, devenu un des meilleurs « boutique festivals » d’Afrique.

La troisième soirée du festival a démarré avec le duo Sarah & Ismaël, une occasion pour le public de découvrir deux musiciens marocains passionnés, qui manient avec brio la complexité du patrimoine musical national, revenant également sur le concert du batteur américain Makaya McCraven, qui redéfinit le champ musical du jazz contemporain.

Sur la Scène Casa Anfa, le groupe KALEO a fait la rencontre d’un public passionné, venu chanter en chœur. La formation folk rock islandaise s’est produite le samedi soir pour la première fois au Maroc.

Arborant le maillot des Lions de l’Atlas, le leader du groupe Jökull Júlíusson a, de son côté, offert des moments impressionnants durant lesquels l’artiste et ses fans ont pleinement épousé l’esprit du festival.

Le clap de fin à Anfa Park a été donné par le légendaire chanteur italien Zucchero, qui a réalisé un concert de clôture ayant ravi les nostalgiques.

Sur la Place des Nations-Unies, la scène « Nouveau Souffle by Société Générale » a laissé place à Saad Tiouly et au groupe Snitra, qui ont délivré deux formidables performances imprégnées de sonorités marocaines. Saad Tiouly et son guembri ont voyagé dans la richesse du registre gnaoua, avant de laisser place à Snitra et son cocktail d’inspirations musicales marocaines, souligne le communiqué.

Avec des installations de premier ordre, les festivaliers ont profité de différents espaces et atmosphères en plein air; des stands d’animations, de nombreuses « zones chill », et une belle sélection de restaurateurs qui ont offert un large choix culinaire.

Depuis sa création, Jazzablanca a toujours été à l’avant-garde, portant son attention à la création d’une expérience festivalière unique, et proposant des lieux de partage où se mêlent musique, culture et convivialité. Ces efforts, sans cesse renouvelés au fil des ans, confèrent au festival sa singularité actuelle, concluent les organisateurs.