Infomédiaire Maroc – La Délégation Générale à l’Administration Pénitentiaire et à la Réinsertion (DGAPR) a démenti les allégations d’une dame (F.H), qui se présente comme étant la sœur de l’un des détenus incarcérés dans le cadre des évènements d’El Hoceima, prétendant au Parlement européen que les directeur et le personnel de la prison locale d’Aïn Sebaâ 1 à Casablanca maltraitent et torturent lesdits détenus, leur donnent à consommer une eau et des médicaments empoisonnés et qu’ils menacent de viol leurs proches.

En réaction à un enregistrement vidéo diffusé sur Youtube, la DGAPR affirme, dans une mise au point, que “lesdites allégations sont “absurdes, irrecevables et tendancieuses”, faisant savoir que le directeur et le personnel de surveillance de l’établissement pénitentiaire traitent les détenus d’une manière responsable, leur assurent des conditions de détentions conformes aux dispositions législatives nationales en vigueur et aux règles minima de traitement et ne peuvent en aucun cas porter atteinte à leur intégrité physique et psychologique.

Rédaction Infomédiaire