Les travaux des premières Assises nationales de la régionalisation avancée se sont ouverts, vendredi à Agadir, sous le haut patronage du Roi Mohammed VI. Ces Assises, organisées par le ministère de l’Intérieur et l’Association des Régions du Maroc, connaît la participation d’environ 1.400 personnes, notamment des élus, des représentants de divers secteurs ministériels, des institutions constitutionnelles et des institutions publiques, des universitaires, des experts nationaux et internationaux et des acteurs de la société civile, en particulier des représentants des comités consultatifs créés auprès des conseils régionaux.

La séance d’ouverture, qui s’est déroulée notamment en présence du Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, a été marquée par un Message Royal, dont lecture a été donnée par le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit.

Dans ce Message, le Roi a souligné que l’application effective de la régionalisation avancée, de ses principes théoriques comme de ses modalités pratiques, reste tributaire de la mise en place d’une politique régionale clairement définie et réalisable en matière économique, sociale, culturelle et environnementale. ‘’Un tel processus doit être mené en accord avec une politique publique intégrant la dimension régionale, s’appuyant sur une économie forte et efficiente, génératrice de croissance, pourvoyeuse d’emplois et garante de justice sociale et s’attachant à conférer une efficacité accrue aux programmes et aux projets entrepris au niveau territorial pour qu’ils puissent profiter réellement aux bénéficiaires ciblés’’, a indiqué le Souverain.

Le Roi a également invité les Régions à faire une évaluation d’étape pour redresser le cap dans la définition des projets prioritaires et leur hiérarchisation, ainsi que dans l’élaboration d’une architecture renforcée des projets programmés et de leur montage financier.

‘’Le but ultime est de garantir l’efficacité de ces projets et de parvenir à faire converger les différentes politiques et les divers programmes publics au niveau régional’’, a insisté le Souverain, mettant en exergue l’importance de mettre à profit les mécanismes contractuels établis entre les Régions, l’État et le reste des intervenants en vue d’élaborer et de mener à bien les projets de développement prioritaires.

Lors de la séance inaugurale, qui a vu la projection d’un film institutionnel retraçant le développement qu’a connu le chantier de la régionalisation avancée, il a y quatre ans, et les réalisations accomplies, il a été procédé à la signature du cadre d’orientation pour la mise en œuvre de l’exercice des compétences des régions. Ce cadre d’orientation a été signé par les présidents des douze régions du Royaume et plusieurs ministres.

Une série de sujets seront passés au crible lors de ce conclave, dont le développement régional intégré entre les impératifs de la réduction des disparités territoriales, les enjeux de la compétitivité et l’attraction de l’investissement, la gouvernance financière et les problématiques de financement des régions entre enjeux et perspectives, la déconcentration et la contractualisation, en s’arrêtant notamment sur les piliers d’une bonne gouvernance de l’action publique territoriale.

Au menu de cette grand-messe figurent aussi des thématiques abordant les compétences des régions comme enjeu au cœur du processus de la régionalisation avancée, à la démocratie participative comme levier pour une mise en œuvre participative de la régionalisation avancée, ou encore l’administration régionale, vers un nouveau modèle de management.

Prennent part aux premières assises de la régionalisation avancée de représentants d’instances élues, des instances consultatives créées auprès des conseils des régions, des centres régionaux d’investissement, des représentants des établissements publics, des universitaires, des experts nationaux et internationaux des partenaires internationaux, outre des acteurs des secteurs public et privé