Le Rwanda s’apprête à mettre en place son premier Centre d’intelligence financière (FIC) pour surveiller et détecter les transactions financières criminelles telles que le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Un projet de loi portant création du Centre d’intelligence financière (FIC) vient d’être adopté par le parlement après son examen par la Commission parlementaire chargée du budget, rapporte vendredi le principal quotidien rwandais “The New Times”.

“Le FIC sera créé en tant qu’organe indépendant plutôt que d’être rattaché à la banque centrale, conformément à l’article 4 de la loi de 2018 sur la sécurité financière”, a déclaré à la presse Claudine Uwera, ministre d’État chargée de la Planification économique.

Ce nouvel organe national aura pour mission la réception et l’analyse des transactions suspectes et d’autres activités liées au blanchiment d’argent et au terrorisme, d’après la responsable.

Le président de la Commission parlementaire chargée du budget, Omar Munyaneza, a déclaré de son côté “cette institution rassemblera et diffusera les résultats de ses analyses et élaborera des politiques et des réglementations relatives à la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme”.

La loi dote le centre du pouvoir de surveiller les transactions des institutions financières jugées suspectes et d’accéder aux données et informations électroniques stockées dans les serveurs à des fins de renseignement financier.

Le centre sera également chargé de fournir ou d’échanger des informations sur des activités financières suspectes avec une autorité de renseignement financier d’un autre pays