La Délégation provinciale de la Santé (DPS) à Safi a procédé à la mise en place d’un numéro de téléphone dédié au soutien psychologique en faveur des personnes souffrant d’angoisse ou de stress en cette circonstance exceptionnelle engendrée par la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19).

Ce numéro (06.87.84.19.03) opérationnel depuis, jeudi dernier, via l’application WhatsApp, permet aux usagers de contacter un psychologue relevant de la délégation de la Santé pour bénéficier de conseils pratiques sur la manière de gérer l’angoisse et le stress ou encore chez leurs enfants.

Ainsi, le psychologue chargé de la gestion de ce numéro propose aux demandeurs d’aide psychologique, durant 4 heures (14h-18h), une écoute attentive en faveur d’un soutien psychologique à même de permettre une meilleure gestion de leurs inquiétudes et anxiété.

Dans une déclaration, le psychologue chargé de cette opération, Said Amchimach, a fait remarquer que la pandémie du coronavirus a engendré un état de panique et de peur chez certaines personnes à psychologie fragile.

Cette réalité a motivé la mise en place de ce numéro dédié au soutien psychologique à distance, a-t-il expliqué, relevant que la majorité des appels reçus se rapportent à l’angoisse générée le plus souvent par ce flux de fake-news, de désinformation, de rumeurs et de données erronées sur la pandémie.

Les inquiétudes des gens concernent aussi et en particulier les modes de transmission de ce virus, a-t-il tenu à préciser. “Notre rôle à travers cette initiative consiste donc à rectifier ces données erronées et à libérer ces personnes de la peur et du stress engendrés par la pandémie”, a-t-il précisé.

Amchimach a estimé que cette initiative a été favorablement accueillie par les Safiots comme en témoigne le nombre important des appels reçus tout au long de ces 04 heures de travail.

“Durant ces deux premiers jours, on a remarqué que la communication directe avec les personnes permet de dissiper leurs craintes et inquiétudes et à les préparer pour une meilleure adaptation face à ces circonstances particulières. L’objectif étant de les aider à mener une vie normale en cette période de l’état d’urgence sanitaire décrété pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus”, a-t-il conclu.