Infomédiaire : Quels sont les nouveautés programmées pour cette édition ?

Karim Debouzze : Parmi les nouveautés il y a  le gala Afrika,  il propose un voyage en terre Africaine, au cœur de l’humour. Venus de plusieurs pays d’Afrique, ces humoristes francophones reconnus portent haut les couleurs de l’humour camerounais, congolais, sénégalais, gabonais et ivoirien.   Ce gala sera produit le jeudi 29 juin au  Palais El Badîi,   d’ailleurs, la scène africaine a rencontré un triomphe l’année dernière, c’est pour ça qu’on a décidé de la déplacer sur la scène du Palais El  Badii nous avons également le gala arabophone avec Eko et ses amis  il a  connu un franc succès hier,  nous avons fait guichet fermé. Autre nouveauté, le 1er juillet, l’Institut Français accueillera aussi des contes avec “Les Âmes Nocturnes” à 11 heures et 14 heures. Le Théâtre Royal, lui, présentera une comédie écrite par Mohamed Al Jem, “Jaw Jab”.  Egalement, l’Institut Français de Marrakech, accueillera le 1er juillet à 18 heures, 16 jeunes talents francophones et arabophones monteront sur scène. Tous font partie de la Masterclass du rire, lancée en 2012. Avec le metteur en scène Oscar Sisto et l’humoriste marocain Miz, ils ont été formés aux techniques d’écriture, de composition et d’interprétation.

 

Avez-vous les mêmes goûts que Jamel en matière d’humour ?

Karim Debouzze : Nous avons  grandi ensemble,  et nous avons  les mêmes codes, donc forcément nous avons  les mêmes gouts.

 

En 2013, DebJam avait investi 3 millions d’euros pour organiser la 3e édition. Pouvez- vous nous dévoiler le budget consacré  pour cette 7ème édition ?

Karim Debouzze : La vérité, nous ne sommes pas très loin de ce chiffre, nous n’avons pas eu l’occasion d’avoir plus de financement, nous étions obligées de retirer certaines choses comme les parades dans les rues  de la ville ocre, malheureusement dans des endroits qui me tiennent à cœur, car les parades dans les rues de Marrakech offraient la possibilité aux gens qui n’ont pas les moyens de se payer un billet de se divertir grâce aux parades .  Nous avons le même budget, c’est-à-dire 3 millions d’euros.

Rédaction Infomédiaire