Infomédiaire Maroc – Des responsables marocains et britanniques sont en conclave pour échanger leur expérience en matière de mise en place d’une stratégie de sûreté portuaire et maritime, à l’occasion d’un workshop organisé lundi et mardi à Rabat.

Les travaux de ce workshop, initié par le ministère de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau et le département britannique du Transport, constituent un jalon important dans le processus de mise en place de la stratégie du Maroc dans le domaine de la sûreté portuaire et maritime, à travers une journée consacrée exclusivement à la concertation entre les départements concernés autour de la plateforme de cette stratégie, à la lumière de l’étude du modèle anglais.

En effet, le Maroc en tant que pays contractant à la convention internationale de 1974 relative à la sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS) et membre du conseil de l’Organisation maritime internationale pour la 10-ème fois, ambitionne de mettre en place un dispositif harmonisé et efficace permettant le développement stratégique dans le domaine de la sûreté portuaire et maritime. Ainsi, des représentants des différentes administrations et autorités marocaines concernées par les questions de la sûreté portuaire et maritime et les représentants du département du transport du Royaume-Uni auront l’opportunité d’engager un partage sur le contexte et les exigences internationales en la matière, notamment les prescriptions du code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires (ISPS).

A l’ouverture de ce workshop, lundi, le secrétaire d’État chargé du Transport, Mohamed Najib Boulif a indiqué que la multiplicité des risques et menaces sur les activités maritimes et portuaires, ainsi que la position du Maroc et ses engagements à l’international, justifient l’élaboration d’une stratégie nationale autour de la sûreté portuaire et maritime. Dans une allocution, dont lecture a été donnée par le directeur des Ports et du Domaine public maritime, Lahcen Ait Brahim, Boulif a noté que les menaces et les risques maritimes sont croissants et l’ampleur de leurs conséquences sur la sécurité, la sûreté et la protection de l’environnement marin et portuaire nécessite une approche intégrée et prospective. Ainsi, cette stratégie présentera la démarche par laquelle le Maroc répondra auxdites menaces dans un cadre de gouvernance interministérielle et internationale, a-t-il souligné, ajoutant que le Royaume compte renforcer le cadre réglementaire en matière de sûreté portuaire et maritime, par la mise en place d’un décret à caractère réglementaire précisant le rôle et la responsabilité de chaque intervenant dans ce domaine.

Le renforcement des capacités des administrations et autorités nationales concernées par la sûreté portuaire et maritime s’avère un élément incontournable pour réussir la mise en place de cette future stratégie, ainsi que sa mise en œuvre, a soutenu le ministre, mettant en avant la coopération internationale comme élément important contribuant au renforcement des capacités, à travers l’organisation de séminaires, de cours de formation, d’échange documentaire et d’expérience. La coopération technique tissée entre le ministère et le département du transport du Royaume-Uni est un exemple concret pour partager l’expérience britannique en matière de mise en place de stratégie de sûreté maritime, s’est-il félicité, ajoutant que ce partage a “permis à nos deux organisations d’échanger les visites techniques et partager nos modes de gestion dans le domaine de la sûreté maritime et portuaire, ce qui a constitué un tremplin fructueux pour nos deux organisations qui permettra, sans aucun, doute l’amélioration du niveau du service rendu en la matière”.

Le département du transport du Royaume-Uni est représenté dans ce workshop par Andrew Clarke, chef de l’équipe internationale des opérations de la sûreté maritime (IMSOT), qui est responsable de la mise en œuvre du programme de formation et des engagements stratégiques du Royaume-Uni en la matière.

Ce programme a pour objectif de partager avec les pays partenaires les meilleures pratiques dans le domaine du code ISPS et vise à améliorer le niveau de mise en œuvre dudit code dans toutes les régions géographiques. Le code ISPS vise à établir un cadre international faisant appel à la coopération entre les gouvernements contractants, les organismes publics, les administrations locales et les secteurs maritime et portuaire pour détecter les risques contre la sûreté et prendre des mesures de sauvegarde contre les incidents de sûreté qui menacent les navires ou les installations portuaires utilisées dans le commerce international.

 

IM