La compagnie Air France prévoit une reprise progressive de ses vols à partir du 11 mai, date de levée du confinement décrété par le gouvernement pour juguler l’épidémie de Coronavirus.


Selon BFMTV, la compagnie nationale française prépare actuellement un plan de reprise progressive de ses activités, avec un programme de vols qui pourrait atteindre les 30% en juillet. 


D’après la chaîne d’information en continu, à partir du 11 mai prochain, “les vols intérieurs assurés par Air France seront plus nombreux et certaines destinations, stoppées depuis le confinement, seront de nouveau desservies dans l’Hexagone”.
Ainsi, à partir de cette date, la compagnie aérienne va commencer par augmenter le nombre de rotations entre Paris et les trois aéroports de l’Hexagone qu’elle continue à desservir en dépit du confinement: Nice, Toulouse et Marseille, avant d’étendre sa desserte depuis la capitale à d’autres villes françaises.


« Mais c’est surtout à compter de juillet que la compagnie entend passer à la vitesse supérieure », croit savoir BFMTV qui affirme, sur la base d’informations auxquelles elle a pu avoir accès, que le programme de vols d’Air France, limité aujourd’hui à moins de 5% de ses capacités doit passer à 30%. « Un scénario qui suppose la réouverture de certaines frontières, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Union européenne », souligne toutefois la chaîne d’information en continue.


Aujourd’hui, indique BFMTV, Air France assure une desserte minimale en Europe avec une quinzaine de destinations européennes à raison de quelques vols par semaine. « Hors des frontières de l’UE, une toute petite partie de sa flotte long-courrier continue à relier Paris à quelques grandes métropoles (New York, Los Angeles, Montréal, Mexico, Rio de Janeiro, Sao Paulo et Tokyo) ainsi qu’à trois villes de son réseau africain (Dakar, Cotonou et Abidjan). Un programme qui permet de continuer à rapatrier les Français », indique la même source.


Air France maintient en outre un programme de continuité territoriale entre la métropole et l’outre-mer (Cayenne, Fort-de-France, Pointe-à-Pitre et Saint-Denis de La Réunion), malgré un taux de remplissage très faible compensé par le transport de marchandises qui reste lui à des niveaux élevés.


A l’heure actuelle, Air France maintient 90 % de sa flotte au garage et une très grande majorité des salariés est concernée par les mesures de chômage partiel.


Mercredi, le gouvernement a confirmé un plan de sauvetage pour la compagnie nationale, fragilisée par la crise sanitaire du coronavirus. Selon le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, l’exécutif prendra une décision sur le soutien public à Air France d’ici « les prochains jours ».