Les actions américaines ont clôturé leur meilleur trimestre en plus de 20 ans, un élan remarquable après que la pandémie de coronavirus a provoqué la fermeture des affaires du monde entier.

 

Il y a à peine trois mois, les investisseurs déploraient la fin du marché haussier – et la plus longue expansion économique jamais enregistrée – après que les principaux indices boursiers américains aient perdu environ 35% de leur valeur en moins de six semaines, mais le rebond qui a suivi a été presque aussi rapide.

 

Le S&P 500 a terminé le deuxième trimestre en hausse de 515,70 points, ou 20%, à 3100,29, son plus fort gain en pourcentage depuis les trois derniers mois de 1998. Le Dow Jones Industrial Average a ajouté 3895,72 points, ou 18%, à 25812,88, son meilleur trimestre depuis 1987. Le dernière performance a réduit les pertes des indices pour l’année à 4% et 9,6%, respectivement.

 

Le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, s’en sort encore mieux, en hausse de 31% au cours des trois derniers mois et de 12% cette année. Les actions ont vacillé pour commencer la séance de mardi avant de remonter dans la cloche de clôture.

 

En partie grâce à un plan de relance sans précédent de 1.600 milliards de dollars de la Réserve fédérale et du Congrès et à une augmentation des échanges entre les investisseurs individuels, le marché a repris son trend haussier.

 

“Des mesures de relance massives de la part de la Fed et sur le plan budgétaire ont propulsé la reprise du marché boursier à une vitesse sans précédent”, a déclaré au Wall Street Journal, Liz Ann Sonders, stratège en chef des investissements chez Charles Schwab & Co.

 

“Mais il y a un décalage perçu entre ce que le marché a fait et la reprise économique. La réalité est que le second semestre de l’année peut voir beaucoup de saccades”, a-t-elle ajouté.