Selon le directeur général de Dataprotect, Ali El Azzouzi, la cybercriminalité coûte 600 milliards de dollars par an à travers le monde, et le Maroc figure parmi les 3 pays africains les plus ciblés par des cyberattaques. “Le système bancaire au Maroc est moderne et utilise des moyens informatiques très ouverts sur l’écosystème.

C’est l’une des principales raisons pour lesquelles le Royaume est ciblé”, a expliqué El Azzouzi, soulignant, par ailleurs, que les acteurs du secteur bancaire national investissent beaucoup dans la lutte contre la cybercriminalité.

Le Maroc, conscient des enjeux de la cybersécurité, a mis en place un certain nombre de dispositifs notamment par la création de la Direction générale de la sécurité des systèmes d’information (DGSSI) et la Commission nationale de Contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP), a-t-il ajouté.