L’Autorité indépendante pour la responsabilité fiscale (AIReF) en Espagne prévoit cette année une baisse du PIB comprise entre 10,1% et 12,4% selon la durée de l’épidémie et une possible résurgence, avec une baisse de l’emploi oscillant entre 10,7% et 12,8% et un déficit public qui pourrait atteindre 14,4%.
Toutefois, d’ici 2021, l’AIReF prévoit une croissance comprise entre 5,2% et 5,8%, bien qu’elle s’attende à une reprise “incomplète et modérée” en raison de la persistance des mesures de la distanciation sociale, de la régression de la structure productive d’activités à plus forte interaction sociale, du caractère temporaire de l’emploi et des difficultés des PME les “plus vulnérables”.
Il y a une incertitude économique persistante et un manque de définition du cadre budgétaire et des objectifs budgétaires, souligne l’Autorité dans un rapport.
En termes de budget, l’établissement prévoit un déficit public de 11,9% pour 2020, qui pourrait atteindre 14,4% en cas d’apparition d’une deuxième vague du nouveau coronavirus ce qui entrainerait un arrêt des activités économiques.
Ainsi, le rapport prévoit une augmentation du déficit de l’État comprise entre 3,2% et 2,7%, atteignant 7,7%, des Communautés autonomes entre 0,4% et 0,9%, de la Sécurité sociale entre 3,9% et 5,1% et des entreprises locales de deux dixièmes au maximum.
Eu égard à la situation actuelle, l’AIReF a recommandé au gouvernement de clarifier “dans les meilleurs délais” le cadre fiscal applicable à toutes les administrations publiques en vue de l’élaboration du Plan budgétaire et des budgets de chaque administration.