Une convention a été signée, ce mardi à Paris, entre la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) et la Caisse française des Dépôts et Consignations (CDC), visant à renforcer le partenariat entre les deux institutions.

Signée par le directeur général de la CDG Khalid Safir et le directeur général de la CDC Éric Lombard, cette convention a pour objet de fixer un cadre de référence pour le renforcement et l’approfondissement du partenariat entre les deux institutions sur la période 2024-2029 selon trois axes principaux, à savoir les métiers d’intérêt général, les métiers du développement économique, social et environnemental, et les activités « Banque, Finance et Assurance ».

Dans une déclaration à l’occasion de la cérémonie de signature de cette convention, en présence de l’ambassadeure du Maroc à Paris, Samira Sitaïl, Safir a indiqué que cet accord permettra aux deux caisses, marocaine et française, de collaborer et d’échanger sur divers sujets d’intérêt général et commun, essentiels pour les deux pays, notamment en matière de gestion, de transitions énergétiques, de développement durable, de transformation digitale, d’inclusion financière, et de renforcement de la protection et de la couverture sociales.

Cette convention, a-t-il poursuivi, renforce ainsi une relation « ancienne » et « historique » entre nos deux institutions, relevant que celle-ci vient à point nommé dans le cadre des relations franco-marocaines.

Dans une déclaration similaire, Lombard a souligné que « le lien entre la CDG et la CDC est très ancien, remontant à la création de la CDG », en 1959.

Depuis, « nous avons développé un très grand nombre de coopérations, qu’il s’agisse d’investissements communs, d’échanges de savoir-faire, ou encore d’une amitié solide entre les équipes de nos deux institutions », a-t-il poursuivi.

Saluant la relation amicale entre la France et le Maroc, Lombard a précisé que la coopération entre les deux institutions « contribue non seulement au développement de nos deux pays, mais renforce également les liens opérationnels, institutionnels et, surtout, humains ».

Par le biais de cette convention, les parties deux conviennent également de mettre en œuvre un dispositif efficace et durable d’échange et de partage sur le long terme dans le champ de leurs missions respectives.

Il s’agit aussi de développer en commun les travaux du « Forum des Caisses de Dépôt » et de contribuer à identifier collectivement des solutions pour faire face aux défis majeurs du bassin méditerranéen.