Le président libanais Michel Aoun a chargé, ce jeudi, l’ex-ministre de l’Education, Hassan Diab, de former un gouvernement, à l’issue d’une journée de consultations parlementaires, a annoncé la présidence libanaise dans un communiqué.

Au terme de ces consultations, Diab, s’est rendu au palais présidentiel de Baabda à Beyrouth, où il s’est entretenu avec M. Aoun ainsi qu’avec le président du Parlement, Nabih Berri.

Dans sa première déclaration publique à l’issue de sa désignation, Diab, qui a récolté 69 voix lors des consultations parlementaires, s’est présenté comme une personnalité “indépendante” et a assuré aux manifestants que leur “soulèvement” avait porté ses fruits, “en remettant la vie politique” du pays “sur la bonne voie”. Âgé de 60 ans, cet universitaire a été à la tête du ministère de l’éducation libanais entre 2011 et 2014.

Le Liban vit depuis deux mois au rythme d’un mouvement de contestation inédit contre l’ensemble de la classe dirigeante, accusée de corruption et d’incompétence, ayant entrainé la démission dès le 29 octobre du Premier ministre Saad Hariri