Infomédiaire Maroc – Plus de 338 millions de dirhams ont été alloués aux services du Fonds d’appui à la cohésion sociale au profit des personnes en situation de handicap pendant la période 2015-2017, a indiqué mardi à Rabat la ministre de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social, Bassima Hakkaoui.

Lors d’une journée d’étude consacrée à l’évaluation du bilan des activités du Fonds d’appui à la cohésion sociale, Hakkaoui a mis l’accent sur le respect des bonnes pratiques de la part tant des organismes chargés de son opérationnalisation que des associations bénéficiaires et des personnes handicapées, relevant l’impact bénéfique de cette expérience, devenue l’un des leviers de la politique publique intégrée de promotion des droits de cette frange sociale.

Abordant la contribution du fonds à l’amélioration des conditions de scolarisation des enfants en situation de handicap, elle a précisé que 8.642 enfants ont bénéficié de ses prestations pour une enveloppe budgétaire de 97,8 millions de DH en 2018, contre 44 millions en 2015, une assistance qui a profité à 213 associations opérant dans toutes les régions du Royaume.

En matière d’appui à l’insertion professionnelle et aux projets générateurs de revenus, le Fonds a apporté son soutien à plus de 1013 projets pour un coût global de 42 millions de dirhams entre novembre 2015 et octobre 2018.

S’agissant de l’acquisition du matériel et d’autres formes d’assistance technique, la ministre a indiqué que 7.764 personnes handicapées ont bénéficié des prestations de cette structure avec une enveloppe qui s’est élevé cette année à 22 millions de dirhams, alors que 78 millions ont été débloqués pour contribuer à la création et la gestion de centres d’accueil et d’assistance des personnes en situation de handicap.

En outre, l’accent est mis sur la levée des obstacles environnementaux et physiques à la pleine inclusion de cette catégorie sociales dans la vie quotidienne et professionnelle, a assuré la ministre, faisant observer que son département veille à la mise en œuvre du programme national “villes accessibles” dans le cadre de conventions de partenariat avec les collectivités territoriales. Il est également question d’intégrer le volet relatif aux personnes handicapées dans les différents plans nationaux et programmes d’aménagement, sans oublier la mise en place d’un système d’évaluation de l’invalidité conformément à l’article 23 de la loi-cadre.

Concernant la formation et de la qualification des cadres travaillant dans le domaine du handicap, Hakkaoui a évoqué le programme ambitieux de formation de formateurs spécialisé en autisme, qui sera lancé au début de l’année 2019 afin de faire face au manque d’effectif constaté en la matière et à la facture élevée pesant sur les familles.

Elle a également fait part de la volonté du gouvernement d’organiser le premier concours destiné aux personnes en situation de handicap, avant la fin de l’année en cours, l’objectif étant d’atteindre un quota de 7 pc d’emplois qui leur sont réservés.

Rédaction Infomédiaire