Le Rwanda s’est déclaré ce lundi en alerte suite à la confirmation d’un premier cas de fièvre hémorragique Ebola dans la ville congolaise de Goma, située à la frontière rwando-congolaise.

La ministre rwandaise de la Santé, Diane Gashumba, s’est rendue lundi dans le district frontalier de Rubavu pour évaluer l’état de préparation des autorités locales face à Ebola et mobiliser la population locale contre l’épidémie mortelle.

Les deux postes frontières entre le Rwanda et la RDC dans le district de Rubavu constituent une artère principale pour le commerce et la circulation des personnes et des biens où plusieurs milliers de personnes franchissent quotidiennement la frontière.

Depuis l’apparition d’Ebola en août 2018 à l’est de la RDC, le Rwanda a mis en place une série de mesures de sécurité, incluant l’examen rapide de personnes arrivant de la RDC, la mobilisation des personnels de santé, la mise en place et le renforcement des capacités de centres ad hoc, ainsi que la sensibilisation des populations.

En visite au poste frontière connu sous le nom de “Petite Barrière”, utilisé largement par les commerçants et les piétons, la ministre rwandaise a exhorté les résidents à faire preuve de prudence et de vigilance pour éviter de contracter le virus mortel.

“Nous vous exhortons à ne pas vous rendre dans les zones où Ebola a été signalé, à faire preuve de vigilance et à maintenir des niveaux d’hygiène élevés”, a déclaré la responsable face aux résidents de Rubavu.

La ministre a indiqué que le gouvernement rwandais a décidé d’intensifier les contrôles aux points frontaliers, de renforcer les mesures d’hygiène et d’augmenter le nombre de personnels de santé et de caméras aux frontières, précisant qu’”une fermeture des frontières avec la RDC n’est pas envisageable à ce stade”.

Par ailleurs, elle a appelé les résidents à signaler aux autorités tous les cas suspects d’Ebola, ajoutant qu’”il ne devrait pas y avoir de panique, la RDC ayant confirmé que la situation est sous contrôle”.

Un premier cas de fièvre hémorragique Ebola a été enregistré dimanche à Goma, la plus grande ville touchée depuis le début de l’épidémie le 1er août dernier en RDC.

“En raison de la rapidité avec laquelle le patient a été identifié, ainsi que l’identification de tous les passagers du bus en provenance de Butembo, le risque de propagation dans le reste de la ville de Goma reste faible”, a estimé le ministère congolais de la Santé

“Depuis novembre 2018, le ministère de la Santé et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont mis en place un système de préparation et de riposte contre Ebola dans la ville de Goma, en raison du flux important de voyageurs venant des zones touchées par l’épidémie”, souligne le ministère dans un communiqué, ajoutant que 160.239 personnes ont été vaccinées.

L’actuelle épidémie dans l’est de la RDC est la deuxième plus importante dans l’histoire de la maladie après celle qui a tué près de 11.000 personnes en Afrique de l’Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone) en 2013-2014.

Selon le ministre congolais de la Santé, il y a eu 1.655 décès (1 561 confirmés et 94 probables) et 694 personnes guéries.