Le ministère d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement, Mustapha Ramid, a signé, vendredi à Rabat, plusieurs conventions de partenariat avec 35 associations œuvrant dans le domaine de la démocratie participative, le plaidoyer civil concernant le Sahara Marocain et la sécurité sociétale notamment en matière de lutte contre l’addiction et la drogue.

En vertu de ces accords, signés par Ramid et les représentants des associations concernées, représentant plusieurs villes nombre de villes et de régions du Royaume, bénéficieront d’un soutien financier du ministère au titre de l’année 2019.

Cette subvention financière s’élève à 21 millions de dirhams (MDH), dont 9 millions accordés à 15 associations relevant du domaine de la démocratie participative, et 7,7 millions reversés à 10 associations œuvrant dans le plaidoyer civil concernant le Sahara marocain, alors que 10 autres s’activant dans la sécurité sociétale ont bénéficié de 4,2 millions de dirhams (MDH), selon le ministère de tutelle.

S’exprimant à cette occasion, le ministre a souligné que ces conventions s’inscrivent dans le cadre du renforcement des relations de partenariat et de coopération entre le ministère de tutelle et la société civile œuvrant notamment pour ce qui a trait au renforcement des capacités des associations actives dans le domaine de la lutte contre l’addiction et la drogue, pour les soutenir sur les plans financier, technique et logistique.

Cette subvention, a-t-il ajouté, s’inscrit dans le cadre de soutenir ces associations afin qu’elles puissent accomplir convenablement leurs missions, ajoutant que parmi les 395 projets soumis par ces associations, 35 seulement qui ont été retenues, rappelant ainsi que la contribution des associations dans la mise en œuvre des politiques publiques, la législation et les pétitions est “très faible” et “très limitée”, en invitant les associations de s’y impliquer davantage, et ce conformément aux dispositions de la constitution, surtout celles qui sont relatives à la société civile.

Soucieux d’accompagner la mise en œuvre de ces accords, le ministre a relevé que son département veillera, dans le cadre de comités mixtes, à assurer le suivi de la réalisation des projets et de la préparation des rapports sur leur état d’avancement, ainsi que l’engagement des sociétés civiles vis-à-vis des dispositions de l’accord signé avec chaque association.

Dans des déclarations, les représentants de plusieurs associations bénéficiaires ont souligné l’importance de ce partenariat, lequel constitue “une nouvelle étape, un nouveau souffle et une référence”, ajoutant que ce partenariat permettra aussi d’organiser dans plusieurs villes du Royaume “une caravane de sensibilisation dans les milieux scolaires” sur les dangers de la drogue.

Les projets financés en vertu des conventions signées ont été classés en trois catégories sur la base de critères fixés par un comité chargé de la validation des projets au sein du ministère et un comité technique ayant pour mission d’examiner les dossiers et les projets reçus et de s’assurer qu’ils remplissent les conditions requises.

Le comité est composé de représentants des ministères de la Justice, de l’Intérieur, de la Santé, du ministère d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement, de la société civile et de la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR).