La croissance de l’économie mondiale devrait s’établir à 2,5%, en 2020, selon un rapport publié mercredi par la Banque mondiale qui souligne que si les investissements et le commerce se redressent progressivement après la faiblesse significative de l’an dernier, les risques de baisse persistent.

La croissance des économies avancées devrait retomber à 1,4 % en 2020, en partie en raison de la faiblesse persistante des activités manufacturières. La croissance des économies émergentes et en développement devrait s’accélérer cette année pour atteindre 4,1 %, précise l’institution financière dans l’édition de janvier 2020 de ses Perspectives pour l’économie mondiale. 


Ce rebond n’est pas généralisé mais table plutôt sur une amélioration anticipée de la performance de quelques grandes économies, qui, pour certaines, sortent d’une période de faiblesse substantielle. Environ un tiers des économies émergentes et en développement devraient ralentir cette année sous l’effet d’exportations et d’investissements plus faibles que prévu, relève le rapport. 


“La croissance des économies émergentes et en développement risquant de rester lente, les responsables politiques devraient profiter de cette opportunité pour engager des réformes structurelles qui stimulent une croissance généralisée, laquelle est indispensable à la réduction de la pauvreté, affirme Ceyla Pazarbasioglu, vice-présidente du Groupe de la Banque mondiale pour la Croissance équitable, la finance et les institutions. Les mesures visant à améliorer le climat des affaires, l’état de droit, la gestion de la dette et la productivité peuvent contribuer à une croissance soutenue”, selon lui. 


La croissance aux États-Unis devrait retomber à 1,8% cette année, du fait de l’incidence négative des hausses tarifaires antérieures et d’un niveau d’incertitude élevé. En 2020, la croissance de la zone euro devrait tomber à 1 %, un taux révisé à la baisse, sous l’effet de l’atonie de l’activité industrielle, d’après l’institution financière basée à Washington. Les risques de dégradation des perspectives mondiales prédominent, et leur matérialisation pourrait ralentir considérablement la croissance.

Ces risques comprennent une recrudescence des tensions commerciales et de l’incertitude des politiques commerciales, un ralentissement plus marqué que prévu dans les grandes économies et des turbulences financières dans les économies émergentes et en développement.

Même si la reprise de la croissance dans ces économies se déroule comme prévu, la croissance par habitant devrait rester nettement inférieure aux moyennes à long terme et bien en-deçà des niveaux nécessaires pour atteindre les objectifs de réduction de la pauvreté. 


“La faiblesse des taux d’intérêt mondiaux n’offre qu’une protection incertaine contre les crises financières”, estime Ayhan Kose, directeur du Groupe des perspectives de développement à la Banque mondiale.
“L’histoire montre que les précédentes vagues d’accumulation de la dette ont généralement eu une fin tragique. Dans un environnement mondial fragile, il est impératif d’améliorer les politiques afin de minimiser les risques associés à la vague d’endettement actuelle”, ajoute-il